/news/coronavirus

Salles d’entraînement: l’industrie furieuse de la nouvelle fermeture

L’industrie des salles d’entraînement est furieuse de la nouvelle fermeture des gyms à Québec, à Lévis et à Gatineau, et déplore de devoir payer pour « l’insouciance » d’un gymnase, voire de quelques « personnes insouciantes ».

« C’est épouvantable, c’est quasiment criminel », lâche Gabriel Hardy, porte-parole du Conseil canadien de l’industrie du conditionnement physique (CCICP). Celui qui représente plusieurs salles d’entraînement tient à rappeler que les gyms ne représentent qu’une infime partie des cas d’éclosion en Amérique du Nord. 

• À lire aussi: Québec, Lévis et Gatineau mis «sur pause»

• À lire aussi: Des propriétaires de gym dénoncent les écarts de conduite

• À lire aussi: Le Méga Fitness Gym maintenant fermé, plusieurs heures après l'ordonnance de la Santé publique

« Ce n’est pas une histoire de gym ou d’industrie, c’est l’histoire d’une personne insouciante », fait valoir M. Hardy.

Plusieurs témoignages provenant notamment de clients du Méga Fitness Gym ont fait état d’employés qui ne respectaient pas les règles sanitaires à l’intérieur de l’établissement depuis son ouverture, à commencer par le propriétaire, Daniel Marino, maintenant atteint de la COVID.

Entraîneur contaminé  

L’un des entraîneurs du Méga Fitness Gym, qui confirme avoir été déclaré positif à la COVID mercredi dernier, était même de retour dans la salle d’entraînement lundi.

Questionné à l’intérieur du gymnase quelque temps avant la fermeture par ordonnance, le principal inté-ressé a admis avoir passé un test COVID positif le 24 mars et s’être présenté au gym lundi, tout en affirmant respecter les règles de la Santé publique.

Clients présents  

Malgré l’ordonnance de fermeture, plusieurs clients se sont entraînés hier. « Je n’ai pas peur. Je garde mon masque et je désinfecte les machines quand j’ai fini », a affirmé Charles-David Dufour, qui n’était pas au courant de la fermeture imminente.

« C’est surprenant. J’espère que je ne l’ai pas. Je suis allé hier et avant-hier », a dit Mario Bernard, qui s’est tout de même entraîné hier.

Après la fermeture, plusieurs clients se sont butés à une porte fermée sur laquelle il était inscrit à la main : « Fermé, santé publique ». 

— Avec la collaboration de Diane Tremblay