/news/coronavirus

La pandémie a changé sa vie: un humoriste libéré de ses dépendances

Dave Gaudet

Photo Chantal Poirier

La pandémie a donné « le coup de pied » au derrière dont l’humoriste Dave Gaudet avait besoin pour se libérer de sa dépendance à l’alcool et aux drogues : en effet, c’est en confinement qu’il a complètement « changé de vie ».

• À lire aussi: La pandémie a changé leur vie: coup de foudre dans l’autobus

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Alcoolique et toxicomane depuis l’âge de 17 ans, Dave Gaudet était un habitué des spectacles d’humour dans les bars. Avant la pandémie, il parcourait les quatre coins du Québec, armé de son troisième one-man show, Oh My Gaud. Un rythme de vie effréné, qui l’amenait à « s’autodétruire », dit-il.

« Je faisais 28 spectacles en 30 jours. J’ai réussi à arrêter [de consommer] quelques fois, mais dans les bars, on t’offre constamment des consommations gratuites. Souvent, je faisais le spectacle et je closais le bar. J’étais là de 7 h le soir à 3 h du matin. C’était l’alcool et la coke. Je mangeais un repas par jour, ce n’était pas beau. Me détruire était une job à temps plein », témoigne l’humoriste de 37 ans, résident de Sainte-Thérèse, dans les Laurentides.

L’humoriste compte rester sur les planches malgré son emploi à temps plein. Il entend toutefois prioriser les salles de spectacles plutôt que les bars.

Photo courtoisie

L’humoriste compte rester sur les planches malgré son emploi à temps plein. Il entend toutefois prioriser les salles de spectacles plutôt que les bars.

Un peu avant le mois de mars 2020, Dave Gaudet avait une fois de plus arrêté l’alcool et la drogue. Mais les premières semaines du confinement l’ont rapidement fait retomber dans ses mauvaises habitudes.

« J’étais à la maison à ne rien faire. Je me cherchais, je ne sais pas où tout ça s’en allait. Je suis allé me chercher une petite bouteille de rhum et en quelques jours, j’étais rendu que je buvais un 40 onces aux deux jours [...] La cocaïne est revenue dans l’histoire, je buvais et faisais de la coke chez nous », raconte-t-il.

Tout a changé 

Quelques mois plus tard, c’est dans le « regard » de sa conjointe qu’il a puisé la force de se remettre sur les rails. 

« Elle était écœurée de me voir saoul. Je me disais que c’était trop looser ce que je faisais. J’ai vu ce que l’alcool a fait en voyant ma mère et mon père gelés tout le temps. Et là, voyant la tristesse dans les yeux de ma femme [...] Ça fait de la peine de voir quelqu’un se détruire ».

Après avoir eu ce « reality check », tout a changé radicalement, du jour au lendemain, dit-il.

Dans les semaines qui ont suivi sa sobriété, il s’est lancé en affaires, en lançant le Patriote Comedie Club à Saint-Eustache, a repris le contrôle sur ses finances personnelles, s’est remis à l’entraînement, s’est trouvé un emploi « stable » en tant qu’aviseur technique chez Canadian Tire et a demandé la main de sa conjointe. Elle a dit oui !

L’humoriste, que certains auront déjà vu en premières parties de Sugar Sammy, Louis-José Houde, Michel Barrette, Mike Ward et Maxim Martin, pour ne nommer que ceux-là, est fier d’avoir aujourd’hui mis son « insécurité » derrière lui. « J’ai accompli plus en six mois que j’ai pu accomplir en trois ans ! Toute cette pandémie-là a fait que je suis devenu responsable ».

Et la cerise sur le gâteau, il deviendra papa au cours des prochains mois. « Ça nous rend tellement heureux », dit-il.

Dave et sa fiancée, Émilie Lavoie, deviendront parents dans les prochains mois.

Photo courtoisie

Dave et sa fiancée, Émilie Lavoie, deviendront parents dans les prochains mois.

«Je ne veux plus me tester» 

Même s’il occupe un emploi à temps plein, Dave Gaudet ne lâche pas l’humour pour autant. Il priorisera toutefois les salles de spectacles plutôt que les bars pour livrer ses performances. 

« Je ne veux plus me mettre à risque, je ne veux plus me tester », confie-t-il.