/news/faitesladifference

Pour un avenir ensemble sans GNL

À tous les citoyens du Saguenay-Lac-Saint-Jean, nous voulons travailler avec vous pour bâtir des solidarités résolument tournées vers l’avenir.

Nous sommes résidents de la Côte-Nord et sommes conscients que le projet de GNLQ a divisé le Québec, et qu’il a joué volontairement sur les clivages existant dans nos régions, particulièrement au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Leur objectif était de pouvoir y installer un projet qui se sert de ce territoire et des gens qui y habitent principalement pour faire avancer les intérêts d’actionnaires de fonds d’investissement indifférents au bien-être et à la cohésion de la communauté.

Leur seul intérêt réside dans l’augmentation de leur capital, un intérêt à court terme, inscrit dans des paradis fiscaux.

Répercussions néfastes 

Leur discours vante les mérites d’emplois qui seront de toute évidence d’une durée limitée. Les répercussions néfastes sur le territoire et les communautés humaines auront quant à elles une durée beaucoup plus étendue.

Ils parlent de GNL/Gazoduq comme d’un projet de transition, alors que le Saguenay-Lac-Saint-Jean est déjà engagé dans la transition. Ses multiples entreprises déjà existantes, et ses nombreux et nombreuses leaders portent des projets axés sur un développement économique en harmonie avec le respect des gens et des écosystèmes.

On n’a qu’à penser aux entreprises suivantes: Nutrinor, Nord-Bio, consortium Agriméthane, le projet "Biomasse forestière résiduelle" des Produits forestiers Petit-Paris, Bioserres Lac St-Jean, pour n’en citer que quelques-unes. Les emplois qui en découlent ne doivent pas être menacés par des projets qui retardent cette transition.

Unis dans toutes les régions 

Nous croyons que l’avenir réside dans les communautés, avec les gens, dans la force des liens que nous tissons les uns avec les autres. Ne laissons pas les dollars des « Yankees », pour parler comme Richard Desjardins, briser les liens qui ont été construits par nos ancêtres. Au contraire, profitons de cette occasion pour choisir le territoire, pour réparer les liens entre nous et avec les habitants qui y vivent depuis plus longtemps encore, les membres des nations innues et Anishinaabeg, ainsi qu’avec les gens arrivés d’ailleurs qui se joindront à ces projets d’avenir.

Rappelons-nous les mouvements coopératifs mis en place par toutes les communautés au Québec, qui ont contribué à libérer les Canadiens-Français de la domination économique.

De l’Abitibi-Témiscamingue à la Côte-Nord, en passant par le Saguenay-Lac-Saint-Jean, ce n’est pas par des pipelines et des méthaniers que nous voulons être unis, mais par la force et les initiatives des personnes qui habitent le territoire.

Ne laissons pas les divisions créées par le projet GNL/Gazoduq étouffer la solidarité et l’esprit innovateur des gens de nos régions respectives. Nous y gagnerons toutes et tous.

Cordialement, 

Le Mouvement citoyen littOralement inacceptable (MCLI), un groupe citoyen de la Haute-Côte-Nord en soutien au développement économique vert au Saguenay.

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.