/news/tele

Émile Bilodeau : sa «Jungle du capital» à «Star Académie»

PHOTO COURTOISIE/Camille Gladu Drouin

Un troisième album, déjà enregistré, qui sortira en septembre. Un quatrième qui naîtra en studio à compter de mai. Une chanson inédite, «La jungle du capital», qui sera baptisée à «Star Académie» dimanche. Une tournée de spectacles à vélo cet été. Visiblement, Émile Bilodeau a le confinement prolifique. 

• À lire aussi: «Star Académie»: moment de vérité pour Shayan, Annabel et Jacob

• À lire aussi: «Star Académie»: Rachel et Jonathan, meilleurs amis des candidats

Au téléphone, la langue d’Émile lui fourche presque. Il faut l’arrêter et le sommer de reprendre ses explications plus lentement pour s’assurer de ne rien manquer de l’énumération de ses projets. Il éclate de rire en récapitulant le tout.

«Mon troisième album s’intitulera "Petite nature". Mon deuxième (paru en octobre 2019, NDLR), c’était "Grandeur mature", et ça en sera l’antithèse. On sera dans quelque chose de plus sombre. On garde mon humour, ma candeur et ma belle âme de jeunesse, mais quand on passe un an seul, en pleine pandémie, on n’écrit pas "Ça fait rire les oiseaux et danser le soleil". On est plus dans des "tounes" de maladies mentales, de vulnérabilité, d’isolement...Je pense que ça sera mon meilleur album, mais aussi le plus triste!»

Point de non-retour

Émile Bilodeau estime que son morceau «La jungle du capital», qui se retrouvera en deuxième piste sur l’album «Petite nature» et qu’il «cassera» à la télévision dimanche soir, est à l’image de l’entièreté de l’opus.

«Ce premier extrait est très révélateur de ce qui s’en vient, expose Émile. Ce sont des thèmes qui sont très proches de ce qu’on vit, de ce que les gens de mon âge vivent. C’est une remise des pendules à l’heure après la pandémie, de ce combat entre relancer l’économie et la crise environnementale, parce qu’on arrivera à un point de non-retour. C’est une chanson qui prêche pour la défense de la nature, c’est un hymne à la beauté du monde. C’est très sévère envers les gens qui font de l’argent sur le dos du climat. La chanson donne un bon premier avant-goût de ce que l’album sera, très axé sur la nature, les animaux. La pochette est comme une île déserte.»

«Bizarre»

Son quatrième effort, lui, Bilodeau a présentement les deux mains dedans. Il se titrera «Tout seul comme un grand». L’auteur-compositeur verbomoteur en assumera réalisation, instrumentation et autres tâches connexes, d’où l’image du jeune homme «seul comme un grand». Il s’enfermera avec sa console en mai et cogite déjà aux lignes de basses, de batterie, de guitares et de pianos.

Date de sortie? C’est à peu près le seul élément que notre hyperactif ne précise pas dans son flot de paroles.

«C’est bien rare que les auteurs-compositeurs retournent en studio avant même qu’un nouvel album soit sorti, mais moi, depuis le début de ma carrière, je suis bizarre. Alors j’essaie de continuer dans cette lignée!»

Son modèle

Et «Star Académie»? «C’est plaisant» d’aller s’y produire, se réjouit-il d’entrée de jeu. Il y retrouvera son «grand frère spirituel», Patrice Michaud, son «modèle de carrière».

Trop accaparé par sa création, Émile se trouve «un peu poche» de n’avoir pas eu beaucoup de temps pour regarder la saison jusqu’ici. Ce n’est rien contre le concept : Bilodeau était même de la bande d’artistes qui a apposé sa voix à la relecture à la sauce 2020 d’«Et c’est pas fini», l’automne dernier. Mais son œil critique n’est jamais loin.

«Il ne faut pas oublier que, sur mon premier album, j’avais une chanson sur la téléréalité, "Passer à TV". Il faut faire attention : oui, la téléréalité ouvre des portes, mais il faut se poser la question à savoir si les hommes ne sont pas trop confortables à ouvrir leur télé le dimanche au lieu d’aller dans une salle de spectacle non loin de chez eux pour découvrir des artistes qui se démènent depuis longtemps...» 

  • On verra Émile Bilodeau au variété de «Star Académie» dimanche, à 19 h, à TVA. Pour son actualité : emilebilodeau.ca.