/news/coronavirus

La pandémie n’arrête pas une octogénaire motivée

GEN - YOLANDE CHARTIER COURTIÈRE IMMOBILIÈRE

MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONT

Une infatigable courtière en immobilier de 82 ans a gardé le moral pendant la pandémie en travaillant à temps plein, même pendant le premier confinement.

• À lire aussi: Confinement ardu chez les aînés

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

« C’est bon, autant pour ma santé physique que mentale. Monter et descendre des marches, ça fait du bien à mon dos ! » s’exclame Yolande Chartier, qui habite l’arrondissement de Lachine, à Montréal. 

Depuis mars dernier, la pimpante octogénaire n’a pas chômé. 

Elle a poursuivi ses activités professionnelles, alors même que les 70 ans et plus étaient strictement cloîtrés à leur domicile entre la mi-mars et le début mai. 

« J’ai réussi à louer des logements par internet avec les outils et les vieilles photos que j’avais », se rappelle-t-elle en riant. 

À risque

Considérée comme susceptible de subir des complications de la COVID-19 en raison de son âge, Mme Chartier ne lésine pas sur les mesures de protection depuis qu’elle a repris les visites en personne. 

« J’ai les mains comme du papier sablé tellement je les lave ! Je ne dis pas que je suis à l’abri, mais je fais attention et je n’ai jamais eu peur [du virus]. »

Privée de ses nombreuses sorties, elle a concentré ses énergies sur le travail et a conclu une vingtaine de transactions en vente et en location depuis mars. 

Le courtage immobilier est une passion qu’elle a découverte sur le tard. Après un divorce dans la quarantaine, elle a réorienté sa carrière et n’a jamais regretté sa décision. 

« J’aime le monde, je suis placoteuse... J’ai besoin de bouger et d’être sur la route », résume l’une des plus vieilles courtières de RE/MAX au Québec. 

Télétravail et webinaires

Malgré tout, la pandémie a ébranlé son quotidien. Mme Chartier s’ennuie de ses nombreux voyages avec ses petits-enfants et ressent une légère baisse de motivation. 

« Je prends des webinaires, mais je n’aime pas ça, c’est mieux en personne », juge l’aînée, qui continue à suivre des cours de perfectionnement.

Quoi qu’il en soit, il est hors de question pour elle d’envisager la retraite pour l’instant, surtout dans le marché actuel, en pleine ébullition à Montréal. 

« C’est motivant, et l’important, c’est de s’amuser », conclut-elle.