/finance/homepage

Moitié moins de sirop d'érable en Estrie

Plombés par des conditions météorologiques défavorables, les acériculteurs de l'Estrie ont produit moitié moins de sirop d'érable que l'an dernier.

• À lire aussi: Le temps des sucres en pleine ébullition dans la capitale

• À lire aussi: COVID-19 : Une cabane à sucre doublement frappée en Outaouais

• À lire aussi: Sauver nos cabanes à sucre: un projet de société

Après trois années record de suite, les producteurs ont dû composer avec des températures très chaudes des dernières semaines et l'absence de gel la nuit. De plus, l'eau d'érable était beaucoup moins sucrée cette année, un phénomène qui s'expliquerait par la sécheresse de l'été dernier.

La sève a désormais commencé à monter et les érables sont sur le point de bourgeonner, si bien que la saison est maintenant terminée.

Pour la même quantité d'eau bouillie, la famille Breault de Compton va produire environ 275 barils de sirop d’érable, plutôt que les 550 barils qu'elle produit habituellement.

Le constat est le même à l'Érablière du village de Compton, où les 1800 érables ont produit 200 gallons de moins qu'en 2020.

Les propriétaires de l'Érablière du village, Stéphanie Sauvé et Maximilien Leblanc-Bolâtre, ont acheté leur propriété à l'automne 2019. Incapables de recevoir la clientèle à leur salle à manger, ils ont dû comme plusieurs autres se rabattre sur les repas pour emporter.

Après avoir battu des records de production au cours des trois dernières années, la saison 2021 ne passera pas à l'histoire pour les 8 500 acériculteurs de la région de l’Estrie qui évaluent à 40 à 60% la baisse de leur production ce printemps.