/news/culture

Période d’écriture pour Ginette Reno

Joel Lemay / Agence QMI

Ginette Reno profite de l’accalmie imposée par la pandémie pour travailler sur trois projets d’écriture chers à son cœur, qui l’occupent à temps plein : un conte pour enfants, un scénario de film et sa biographie.

• À lire aussi: «Star Académie» : au revoir, Annabel !

• À lire aussi: «Star Académie»: moment de vérité pour Shayan, Annabel et Jacob

• À lire aussi: «Star Académie» : un variété éclaté et grandiose

De passage à «Star Académie», dimanche, la chanteuse — qui a été vaccinée contre la COVID le lendemain, lundi — s’est d’abord ouverte sur son histoire destinée aux bouts de chou, intitulée «Flocon», qu’elle transporte dans ses cartons depuis déjà deux décennies.

Le mignon récit avait même failli, à l’époque, se retrouver chanté sur son album de Noël, «Un grand Noël d’amour», paru en 2000.

«C’est l’histoire d’une brebis qui veut devenir un loup, a raconté Ginette Reno, avec un grand sourire. Ça fait 20 ans que je l’ai commencée. Flocon s’est modifié avec le temps. Il a évolué un petit peu, lui aussi (rires)»

Le conte sera illustré par le sculpteur et peintre québécois Jean-Pierre Neveu, a précisé Ginette Reno.

Biographie cette année 

Autre entreprise à laquelle cette dernière consacre beaucoup d’efforts : la rédaction de sa biographie, qu’elle signera bel et bien elle-même.

Plusieurs éditeurs lui tournent actuellement autour pour publier l’ouvrage. La monumentale artiste nous promet une sortie en 2021.

«J’en ai la certitude», assure-t-elle.

Joel Lemay / Agence QMI

Enfin, en ce qui a trait à son film, la créatrice n’en est qu’aux tout premiers jets de son scénario. Elle dit avoir rencontré un réalisateur à deux ou trois reprises.

«C’est l’histoire de vieilles personnes. C’est la maladie, la mort, la vieillesse, racontées d’une façon tragique... mais aussi très, très drôle! Terriblement drôle!», a-t-elle laissé miroiter.

Musicalement, le dernier album de Ginette Reno, son 40e, «À jamais», avait été lancé à l’automne 2018 et fut certifié platine (après 80 000 exemplaires vendus) en mars 2019.

«Pas facile» 

Quant au contexte social de la dernière année et aux restrictions imposées par la pandémie, Ginette Reno avoue composer avec peine devant la situation.

«Je m’y adapte, mais ce n’est pas facile. On dirait que je vis dans un autre monde, un monde d’illusions, et que je ne me suis pas réveillée, encore. Je n’aime pas la sensation. C’est quelque chose que je n’avais jamais pensé vivre, dans ma vie. C’est assez particulier...», a imagé la dame, qui dit voir ses enfants «sans leur faire de gros câlins».

Et comment Ginette Reno a-t-elle trouvé les jeunes talents de «Star Académie», avec qui elle a entonné, entre autres, «Ma mère chantait toujours», et qui ont sacré son immortelle «Je ne suis qu’une chanson», «Chanson de la nation»?

«C’est merveilleux! Ils sont extraordinaires! C’est une belle relève...»