/news/coronavirus

Royaume-Uni: limiter le vaccin d'AstraZeneca aux plus de 30 ans

Le comité scientifique supervisant la campagne de vaccination anti-COVID au Royaume-Uni, le JCVI, a recommandé mercredi de limiter l’usage du vaccin AstraZeneca aux plus de 30 ans quand c’est possible, après le signalement de 79 cas rares de caillots sanguins, dont 19 décès. 

• À lire aussi: AstraZeneca: la balance bénéfice/risque reste «positive»

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Le comité scientifique supervisant la campagne de vaccination anti-COVID au Royaume-Uni, le JCVI, a recommandé mercredi de limiter l’usage du vaccin AstraZeneca aux plus de 30 ans quand c’est possible, après le signalement de 79 cas rares de caillots sanguins, dont 19 décès. 

« Les adultes âgés de 18 à 29 ans, qui n’ont pas de comorbidité leur faisant encourir un risque plus élevé d’une forme grave de la maladie COVID-19, devraient se voir proposer un autre vaccin COVID-19 plutôt que le vaccin AstraZeneca, quand une telle alternative est disponible », a déclaré le professeur Wei Shen Lim, du JCVI, lors d’une conférence de presse. 

Il a souligné que le comité ne recommandait l’arrêt de la vaccination dans aucun groupe d’âge. 

Plusieurs pays européens ont suspendu l’utilisation du vaccin du laboratoire anglo-suédois AstraZeneca sous un certain âge en raison de signalements de caillots sanguins parmi les personnes vaccinées.

Le régulateur britannique des médicaments, la MHRA, a indiqué avoir constaté 19 décès de personnes ayant reçu le vaccin anti-COVID Oxford/AstraZeneca, sur un total de 79 cas de caillots sanguins identifiés et plus de 20 millions de doses administrées. 

Ces cas concernent 51 femmes et 28 hommes âgés de 18 à 79 ans, a précisé June Raine, directrice de la MHRA, assurant que les bénéfices restaient supérieurs aux risques pour « la grande majorité » de la population.

Le lien entre ce vaccin et les cas rare de caillots sanguins constitue une « forte possibilité mais davantage de travaux sont nécessaires pour établir sans l’ombre d’un doute que le vaccin a causé cet effet secondaire », qui demeure « extrêmement faible », a-t-elle ajouté. 

Selon Jonathan Van-Tam, médecin chef adjoint pour l’Angleterre, cette nouvelle recommandation ne devrait pas affecter le déroulement de la campagne de vaccination au Royaume-Uni, qui vise à administrer une première dose de vaccin à tous les adultes d’ici fin juillet.

Elle pourrait provoquer de « légers retards » ou entraîner des déplacements plus longs pour se faire vacciner, a-t-il concédé.

Mercredi, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé mercredi que les caillots sanguins devraient être répertoriés comme effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca contre la COVID-19, tout en estimant que la balance bénéfice/risque reste « positive ».

Ces cas concernent 51 femmes et 28 hommes âgés de 18 à 79 ans, a précisé June Raine, directrice de l'agence britannique du médicament, la MHRA.