/news/coronavirus

La grogne prend de l’ampleur à force de changements

<b>Hugues Philippin</b><br /><i>Restaurant Chic Alors !</i>

Photo Jean-François Racine

Hugues Philippin
Restaurant Chic Alors !

L’enthousiasme printanier a fait place au découragement et au doute chez les parents, les commerçants et plusieurs restaurateurs, qui ne pensent pas rouvrir rapidement.

Même si les commerces non essentiels pourraient rouvrir à Québec après une pause forcée d’une dizaine de jours, les entrepreneurs continuent d’en douter.

• À lire aussi: Les gyms refermeront en zone rouge

• À lire aussi: Une troisième vague qui fait mal à l’économie

« Je n’ai pas compris ça. Je sais que leur job n’est pas facile et je ne veux pas être à leur place, mais je suis encore sous le choc. Le 12 avril, je n’y crois pas », lance Hélène Boutin, coiffeuse-propriétaire du Salon Fière Allure, dans le quartier Saint-Sacrement, à Québec.

Qu’elle soit longue ou courte, cette autre fermeture fait mal au portefeuille autant qu’au moral.

« Faut que l’argent rentre un peu. C’est quoi le futur ? J’ai confiance en mon commerce, mais ce n’est pas simple. »

En mai  

De leur côté, des restaurateurs se préparent à un arrêt de quelques semaines, malgré ce que peuvent dire les autorités.

« Début mai, si on est chanceux. J’imagine », ajoute Marc-Antoine Beauchesne, du Groupe Top Resto, qui possède plusieurs établissements, dont la taverne italienne Birra et Basta, sur la rue Saint-Joseph à Québec.

Même son de cloche pour Hugues Philippin, l’un des propriétaires du restaurant Chic Alors !, situé dans le secteur de Cap-Rouge. « Début mai », a-t-il laissé entendre lui aussi mardi. 

Casse-tête parental  

Pour les parents, le casse-tête des horaires recommence. Les professeurs, qui ont souvent des enfants eux-mêmes, font leur possible.

« C’est la goutte de trop. Avec le télétravail, il faut intégrer l’école à la maison d’un enfant de 1re année de 8 h à 13 h 30 tous les jours. Un moment donné, ça n’a plus de sens. On avait des 30 minutes de visioconférence en janvier et les enfants décrochaient », explique une mère de deux enfants de Beaupré.

 Écoutez la chronique de Caroline St-Hilaire à l’émission de Pierre Nantel sur QUB radio 

« C’est trop. Je viens d’aller chercher deux iPad et 2 ordinateurs pour la 1re à la 5e année. On m’a remis quatre sacs de poubelle avec leurs livres et leurs espadrilles. Organisez-vous avec ça ! Tu fais ça comment cinq heures de zoom par jour par enfant dans la maison ? Je ne suis pas enseignant » ajoute Sylvain Laforest, de Lévis, père de six enfants.