/news/world

Tiger Woods roulait à près de 140 km/h

Tiger Woods conduisait à une vitesse «dangereuse» de 140 km/h, soit près du double de la limite autorisée, lors de son accident de voiture en Californie en février, a annoncé mercredi le shérif du comté de Los Angeles.

• À lire aussi: Tiger Woods n’aurait jamais appuyé sur les freins avant son accident

• À lire aussi: Un retour à l'entraînement dans un an pour Tiger Woods?

• À lire aussi: L’état de santé de Tiger Woods s’améliore

Le véhicule de la vedette du golf était sorti de route avant d'effectuer plusieurs tonneaux à Ranchos Palos Verdes, près de Los Angeles, et Tiger Woods, 45 ans, avait eu la jambe droite brisée.

«La principale cause de cet accident était la conduite à une vitesse dangereuse au vu des conditions routières et l'incapacité à négocier le virage», a affirmé le shérif Alex Villanueva lors d'une conférence de presse.

«Les vitesses estimées au niveau de la première zone d'impact allaient de 84 à 87 miles par heure», soit 135 à 140 km/h, a-t-il précisé.

Il n'existe «aucun signe d'altération» de ses capacités au moment de l'accident, ou de preuves d'une «conduite inattentive», et Tiger Woods a volontairement permis que les résultats de l'enquête soient rendus publics, ont souligné des responsables de la police.

Le golfeur a peut-être appuyé sur la pédale d'accélération en tentant au contraire d'activer les freins au moment de la perte de contrôle du véhicule, a suggéré le capitaine de police James Powers, bien que Tiger Woods lui-même n'en ait aucun souvenir.

Les enquêteurs n'ont pas vérifié le téléphone de Tiger Woods ou analysé ses prélèvements sanguins en raison de «l'absence de preuve de toute altération (des capacités) ou d'ivresse», a-t-il ajouté.

Les deux responsables de police ont affirmé que Tiger Woods n'avait pas bénéficié de traitement de faveur, et qu'il n'avait pas été verbalisé pour excès de vitesse en raison de l'absence de témoins ou de la police au moment de l'accident. Le golfeur ne sera pas non plus poursuivi devant la justice.

L'accident aurait fait l'objet d'une enquête plus approfondie «s'il y avait une blessure importante ou un décès» et s'il avait impliqué une autre personne, a déclaré M. Powers.

Ce dernier a balayé les affirmations selon lesquelles le golfeur aurait été aperçu conduisant de manière erratique plus tôt dans la matinée, affirmant devant la presse que les images de vidéosurveillance le montrent en train de conduire à des vitesses normales et prudentes au début de son trajet. 

Carrière en danger

Le 23 février, Woods a perdu le contrôle de la voiture qu'il conduisait et effectué plusieurs tonneaux sur une route pentue et propice aux accidents près de Los Angeles.

Les secours ont dû utiliser un outil spécialisé et une hache pour extraire de sa voiture la vedette, décrite comme étant «lucide et calme» par le premier policier à être arrivé sur les lieux. 

Évacué vers le centre de traumatologie Harbor-UCLA, Woods avait été longuement opéré, notamment pour de multiples fractures ouvertes à la jambe droite qui ont nécessité de lui insérer une tige métallique dans le tibia et des vis pour consolider les os du pied et de la cheville.

Trois jours plus tard, il avait été transféré au Cedars-Sinaï pour y subir des soins orthopédiques.

Après trois semaines d'hospitalisation, il était rentré chez lui en Floride où il poursuit sa convalescence, sans que l'on sache quel pourra être son avenir dans le golf.

Woods n'en est cependant pas à un retour près. Il s'est relevé de presque toutes les blessures en 25 ans de carrière, notamment de multiples opérations du dos, dont une arthrodèse, une douloureuse fusion de vertèbres.

Cela ne l'avait pas empêché en 2019, après onze ans de disette en Majeur, de remporter son 5e Master d'Augusta, son 15e Grand Chelem, puis d'égaler la même année le record du nombre de titres sur le circuit PGA (82) jusqu'alors propriété du seul Sam Snead.

Début janvier, un mois et demi avant son accident, Woods venait de se faire opérer une cinquième fois du dos et craignait de ne pouvoir défendre ses chances en avril à Augusta. 

La vedette du golf n'en était pas à son premier incident routier.

En novembre 2019, il avait percuté un arbre et une bouche d'incendie à l'extérieur de son domicile de Floride. L'accident avait été à l'origine d'une série de révélations de scandales qui ont condamné son mariage et vu sa capacité à golfer dégringoler en chute libre.

En mai 2017, il avait été arrêté près de sa maison pour s'être endormi au volant de sa voiture au milieu d'une voie de circulation. Tiger Woods avait déclaré avoir pris des médicaments et avait plaidé coupable pour conduite dangereuse.