/finance/homepage

Les Québécois pourront s’envoler pour le Nord cet été

Pilotes de brousse - Aviation

Photo Francis Halin

Les Québécois qui souhaitent profiter des beautés que recèle le territoire inaccessible par la terre peuvent se réjouir. Une des seules entreprises qui desservent le nord du 49e parallèle vient d’obtenir le financement qu’elle recherchait.  

Québec accorde une subvention de 2 millions de dollars et un prêt de 3 millions à Air Tunilik, le plus gros transporteur de brousse de la province. La ministre du Tourisme, Caroline Proulx, en a fait l’annonce jeudi matin, en présence de son collègue Jonatan Julien, ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable de la région de la Côte-Nord, et du PDG d'Air Tunilik, Simon Contant. 

M. Contant a racheté les avions d’Air Saguenay l’an passé, à la suite de la faillite de l’entreprise. Il avait besoin de l’aide de l’État pour mettre sur les rails son projet d’expansion de taxi-brousse d’une dizaine de millions de dollars. 

«Le secteur de l’aviation, ça ne se finance pas!» résume-t-il. Après de longues négociations avec Investissement Québec, il a donc obtenu 5 millions et en investira autant de sa poche. 

Air Tunilik est le partenaire de très nombreuses pourvoiries du Nord-du-Québec. L’entreprise est aussi présente dans l’écotourisme – un voyage de canot sur rivière, par exemple – ou encore dans l’industrie minière, pour le transport de matériel, entre autres. 

Elle compte une douzaine d’avions et une dizaine de points de service, soit des hydrobases comme celles de Manic-5 ou de Sept-Îles. 

L’entreprise pourra faire voler près de 20 000 personnes cette année, ce qui aurait été loin d’être le cas sans l’aide de Québec. Reste à savoir, maintenant, si les régions du Québec seront accessibles cet été, mesures sanitaires obligent. 

Un incubateur de projets

Les ministres Proulx et Julien ont aussi annoncé, jeudi matin, la création d’un incubateur-accélérateur qui permettra de «stimuler la réalisation de projets touristiques au nord du 49e parallèle». Québec investit 8 millions de dollars dans le projet. 

De ce montant, 6 M$ serviront à financer les projets d’entreprises qui auront bénéficié d'un accompagnement de l’incubateur. 

«L'incubateur-accélérateur devra agir comme un catalyseur de projets structurants qui permettront de rehausser l'offre touristique au bénéfice de tous», a déclaré Marc Plourde, PDG de la Fédération des pourvoiries du Québec.