/news/coronavirus

Vaccination: des personnes vulnérables attendront encore

La vaccination sera ouverte aux malades chroniques et travailleurs essentiels à compter de lundi.

• À lire aussi: Atteinte de la fibrose kystique, elle lance un cri du cœur

• À lire aussi: Nouveaux groupes prioritaires : êtes-vous admissible?

• À lire aussi: De nouveaux groupes prioritaires bientôt vaccinés

Les patients doivent cependant être dans un processus clinique à l’hôpital s’ils souhaitent obtenir leur injection.

Ceux et celles qui ne rentrent pas dans ce cadre doivent donc ronger leur frein en attendant que leur tour vienne.

Atteinte de la fibrose kystique, Élise Bouchard fait partie de ces gens qui ne sont toujours pas admissibles à la vaccination.

Cette mère de famille n’a pas besoin d’un suivi aussi fréquent à l’hôpital que d’autres malades chroniques. Toutefois, sa maladie l’affecte au quotidien. Elle doit vivre en distanciation avec son fils et son époux. Elle a notamment dû aménager ses quartiers personnels au sous-sol de la résidence familiale et toute la famille porte le masque lorsqu’elle en sort.

Malgré les efforts répétés d’Élise Bouchard et ses proches, elle n’a toujours pas été en mesure d’obtenir un rendez-vous pour aller se faire vacciner.

«On se vente de cette vaccination qui a été faite en priorisant nos personnes vulnérables. Et rendu à notre tour, au rang numéro 8, où c’était clairement indiqué qu’on allait être vacciné, bien finalement il y a une petite parcelle de ces gens-là qui vont être vaccinés, pas tous. Et les autres malades chroniques, attendez votre tour!», déplore Élise Bouchard.

Cette dernière n’a aucun doute : attraper la COVID-19 serait très dangereux pour sa survie. Elle s’explique donc mal pourquoi sa vulnérabilité n’est pas reconnue par le gouvernement et la Santé publique.

«Il y a plein de papas, de mamans, qui sont dans la même situation que moi et qui ont décidé de s’isoler de leur famille et qui n’attendent que ça la vaccination. On n’a pas besoin de nous courir après. On est prêt à se faire vacciner», affirme Élise Bouchard.

La mère de famille juge qu’il serait facile de prouver qu’elle a besoin d’être vaccinée. 

«Ma liste de médicaments est assez intense pour prouver que je suis une malade chronique», clame-t-elle.

Élise Bouchard et quelques organismes dédiés à la cause de la fibrose kystique ont entamé des démarches pour faire valoir leurs arguments au ministre de la Santé.

Elle espère que ces démarches feront rapidement débloquer les choses.

«Je trouve ça inadmissible qu’on saute par-dessus mon tour comme ça», clame Élise Bouchard.

Dans la même catégorie