/news/coronavirus

COVID-19: une semaine critique pour Québec

Le directeur régional de santé publique de la Capitale-Nationale prévient la population de Québec : Si la transmission ne se calme pas rapidement, les mesures de confinement serrées risquent fort bien de se poursuivre au-delà de la date annoncée vendredi par le premier ministre.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: L’Ontario enregistre sa 2e plus haute marque avec 4200 cas

• À lire aussi: 1683 nouveaux cas de COVID au Québec

Le Dr André Dontigny a été clair vendredi matin en point de presse.

Même si le premier ministre Legault a annoncé la prolongation des mesures jusqu’au 18 avril, il pourrait en recommander le prolongement encore une fois.

«Objectivement, ce que ça prend pour contenir de façon très claire la propagation, c’est 28 jours. [...] Si vous me posez la question à savoir si moindrement la semaine prochaine les indications ne sont pas très bonnes et la situation épidémiologique n’évolue pas très bien, vous avez déjà une bonne idée de ma recommandation», a souligné le Dr Dontigny, précisant tout de même que la vingtaine de jours actuelle était «passablement» longue.

Le directeur régional a d’ailleurs balayé la possibilité d’autres mesures dans la région. On en comprend que les mesures d’urgence actuelles sont un dernier recours.

«Ce qu’il nous reste comme marge de manœuvre, c’est ce que l’on mets en application présentement. Si on réalise que 20 jours c’est insuffisant, ce qui reste, c’est ce qu’on fait qui se poursuit», insiste le médecin.

Plus de cas que Montréal

Véritable épicentre de la pandémie à l’heure actuelle, Québec a enregistré plus de cas que Montréal pour une deuxième journée consécutive. Vendredi, la Capitale-Nationale comptait 449 nouveaux cas alors que Montréal en enregistrait 392. Et ce même si la région compte plus de la moitié moins de gens et que la densité de population beaucoup plus faible favorise la distanciation.

«En nombre absolu, on se retrouve avec plus de cas. Disons que ce n’est pas le genre de compétition qu’on souhaite avoir avec Montréal», s’est désolé André Dontigny vendredi. «On va vraiment espérer tout le monde, vraiment tout faire pour que la tendance puisse s’infléchir».

Parmi les indicateurs qui démontrent l’ampleur de la situation dans la Capitale-Nationale, le taux de cas de variants est sans équivoque. Selon l’INSPQ, Québec compte actuellement 419 cas de variants par 100 000 habitants, alors que le taux de Montréal est presque deux fois moindre à 216 cas par 100 000 personnes.

La clé: le respect des règles

La balle est donc, à court terme, entre les mains de la population a rappelé la santé publique vendredi.

Oui la vaccination viendra aider tout le monde, mais d’ici les prochaines semaines, le respect des mesures en place sera la clé pour éviter que le bilan continue de dépasser les 400 cas comme lors des journées de jeudi et vendredi.

«Dans ce à quoi il faut faire attention : les rassemblements intérieurs. Pas de rassemblement intérieur», a martelé le directeur régional. «On sort pour se faire vacciner, pour profiter de l’extérieur, pour bouger le plus possible pas en rassemblement et en respectant les mesures», a-t-il ajouté, qualifiant la situation actuelle de «nouvelle pandémie» notamment en raison des variants.

Si la population devait ne pas adhérer à ces messages, nul ne sait les niveaux que pourrait atteindre la région

«On ne sait pas comment ça va évoluer dans les prochains jours. [...] Ce n’est pas du tout improbable que ça se poursuive vers une augmentation», a prévenu André Dontigny, rappelant que le pire scénario serait le non-respect des mesures.

«Le pire scénario, c’est que ça continue d’augmenter parce que des contacts se feraient entre les individus. Dans un tel cas, quand ça arrêterait? Je ne le sais pas.»

Dans la même catégorie