/news/culture

Étienne Drapeau: l’art de se réinventer

Maude Labelle

Avec son album «Le pont», Étienne Drapeau veut unir divers styles musicaux: après tout, la musique est universelle! Entre la création de ce disque, ses inspirations intimes, ses efforts pour se réinventer et sa nouvelle hanche, le chanteur n’a pas eu une vie de tout repos, au cours de la dernière année!

• À lire aussi: «Je suis arrivé là-bas et je suis tombé en amour avec l’endroit» - Étienne Drapeau

La pandémie n’a pas été une période de ralentissement pour Étienne Drapeau. Il s’est relevé les manches et s’est réinventé. Il a été présent plus que jamais sur les réseaux sociaux, a écrit un livre («Faire le choix du bonheur»), a créé un album («Le pont»), a offert des prestations sur le Web, a rédigé une conférence... Pas mal!

Le pont vient à peine d’être lancé. Ce disque est particulier pour l’artiste. «Je voulais faire le pont entre deux solitudes et abolir le fossé qu’il y a entre les genres musicaux, les styles et les cliques dans le milieu artistique. C’est comme s’il y avait une petite guerre entre la pop et la musique un peu plus nichée. Et les gens n’ont jamais été aussi polarisés et divisés que présentement.»

Étienne a donc voulu travailler avec quelqu’un dont l’univers est différent du sien. Il a fait appel au chanteur Claude Bégin pour réaliser son album. «On ne peut pas être plus différents quand on pense à nos milieux! Mais on vient tous les deux de Québec, on est du même âge, et on s’est entendus comme deux vieux chums!

Les secrets de sa vie 

Sa chanson Je serai là lui a été inspirée par un de ses proches, aux prises avec la terrible maladie qui affecte la mémoire. «L’alzheimer est entré dans ma vie il y a quelques années. C’est près de moi et, chaque fois que j’en parle, c’est difficile. Je ne veux pas entrer dans les détails parce que j’apprends encore à vivre avec ça, et j’essaie de protéger des gens autour de moi qui sont touchés. La chanson est un baume sur mon cœur.»

L’autre chose sur laquelle Étienne demeure discret, c’est sa relation avec Maude, une belle infirmière avec qui il partage sa vie depuis trois ans. Impossible de savoir si elle a dit oui quand il lui a posé la question, en chanson: «Veux-tu faire ta vie avec moi?»

Tourné vers les réseaux sociaux 

Étienne Drapeau rejoint maintenant un public plus large. «Récemment, un jeune ado m’a écrit pour me dire: “Je viens d’écouter ton album, c’est écœurant! Il y a vraiment de bonnes “tounes”! Je ne te connaissais pas, je n’écoute presque pas de musique en français et j’ai découvert ça!” Et c’est un créateur de contenus qui a 300 000 abonnés sur TikTok. Pour moi, c’est comme si j’avais gagné un Félix!»

Olivier Savoie Campeau

Le monde de la musique était déjà en mutation avant la pandémie, et il l’est encore plus maintenant. Les musiciens se sont beaucoup renouvelés grâce aux prestations en direct sur les réseaux sociaux. «Et ça ne va pas disparaître après la pandémie. La musique se passe maintenant beaucoup sur le Web et en numérique.»

Chez lui, Étienne s’est même aménagé un espace pour assurer la promotion de son travail et offrir des prestations en ligne. «J’ai transformé une partie de mon sous-sol, l’endroit où je relaxais et regardais la télé, pour en faire un studio photo et de télévision. Je l’ai repeint, j’ai acheté des lumières et des éléments de décor... Et je me suis équipé pour faire des “lives”.»

Un nouvel homme mieux «hanché» 

En décembre 2020, on lui a remplacé la hanche gauche, que son passé de joueur de hockey avait usée. «À un moment donné, je suis sorti d’un match de hockey et je n’étais plus capable de marcher. J’ai eu peur. C’est là que j’ai décidé de me faire opérer.»

Quelques mois plus tard, il est un homme neuf... qui est capable d’avancer!

Vous pouvez vous procurer dès maintenant le nouveau disque d’Étienne Drapeau, «Le pont», sur toutes les plateformes de vente en ligne et en magasin.