/news/politics

Les libéraux de Trudeau en congrès avant de possibles élections

Photo TVA NOUVELLES/AGENCE QMI

À la tête d'un gouvernement minoritaire, le premier ministre Justin Trudeau répète à l'envi qu'il ne veut pas d'élections en pleine pandémie, mais son parti libéral fourbissait ses armes vendredi en prévision d'un possible scrutin anticipé.

• À lire aussi: Mélanie Joly co-dirigera la campagne du PLC

Les libéraux sont virtuellement réunis en congrès jusqu'à samedi pour notamment mettre la touche finale à leur programme sur le climat, thématique populaire dans l'électorat.

Première opposition, le parti conservateur a laissé le champ ouvert aux libéraux sur cette question en rejetant une résolution interne reconnaissant la réalité du changement climatique lors de son propre congrès il y a trois semaines.

Orateur le plus attendu au congrès de ce week-end, l'ancien gouverneur des banques centrales du Canada et d'Angleterre, Mark Carney, s'est ouvert pour la première fois sur ses intentions politiques en promettant vendredi soir de «faire de tout ce qu'il pourra pour soutenir le parti libéral».

Il a vanté les politiques sociales et climatiques du gouvernement Trudeau, mais s'est bien gardé de dire s'il serait candidat aux prochaines élections. Il est considéré par certains comme un successeur potentiel de M. Trudeau.

Elle-même pressentie, la vice-première ministre et ministre des Finances, Chrystia Freeland, avait appelé jeudi soir les libéraux à corriger les inégalités sociales que la pandémie a aggravées.

M. Trudeau, dont le parti a été reconduit au pouvoir en octobre 2019, doit prononcer le discours de clôture du congrès.

En plus de se préparer pour un possible scrutin, dès cet été ou à l'automne, les libéraux débattront de l'instauration d'un revenu de base garanti pour tous afin de réduire la pauvreté et de la nécessité d'ancrer la reprise économique sur des investissements massifs dans les énergies propres.

Mme Freeland a promis d'inclure dans son prochain budget fédéral du 19 avril un plan pour un programme national de garderies publiques en invoquant le recul «dangereux» de la participation des femmes sur le marché du travail depuis le début de la pandémie, en mars 2020.

Les libéraux pointent en tête dans les intentions de vote avec 35%, contre 28% pour les conservateurs et 22% pour les sociaux-démocrates du Nouveau parti démocratique (NPD), selon un sondage de l'institut Léger réalisé fin mars.

Le NPD, qui tient aussi son congrès ce week-end, a promis de soutenir le gouvernement libéral pendant la pandémie, ce qui forcerait le premier ministre à remettre la démission de son gouvernement s'il compte sur de nouvelles législatives d'ici à l'automne pour retrouver une majorité au parlement.

Au Canada, les gouvernements minoritaires ont une espérance de vie estimée par les experts entre 18 et 24 mois en moyenne.

Dans la même catégorie