/news/culture

Martin Deschamps: une passion grandissante

Photo courtoisie Marie-Odile Roy

La pandémie a donné à Martin Deschamps le temps de réfléchir, et ça n’a pas été vain. Avec «Village fantôme», l’auteur-compositeur-interprète nous présente un court métrage d’animation qu’il a entièrement pensé, dessiné et réalisé. Une première pour lui!

• À lire aussi: «J’ai vraiment l’impression de réaliser un rêve!» - Véronic DiCaire

• À lire aussi: Voici les humoristes préférés de l’histoire du Québec

• À lire aussi: Guylaine Tanguay récolte ce qu’elle a semé

Martin Deschamps présentait, le 23 mars, le fruit de plusieurs mois de labeur pour arriver à son premier clip d’animation totalement dessiné par lui-même! Une passion pour le dessin qu’il mûrissait depuis longtemps.

«Dans mon enfance, j’étais fan de BD comme “Les Schtroumpfs” et “Bugs Bunny”, confie le chanteur. Avec la pandémie, il a fallu que je me trouve une passion autre que la musique pour combler mon temps libre. Mon ami et guitariste Ricky m’a montré une application sur son iPad où l’on pouvait dessiner. Je ne connaissais rien à l’animation et, pour la première fois de ma vie, j’ai regardé des tutoriels sur YouTube pour comprendre comment ça fonctionnait. Ça m’a beaucoup occupé et sauvé de l’ennui!»

Avec ses dessins, Martin pose un regard satirique sur le confinement. «À travers la chanson “Village fantôme”, lancée à la fin de janvier, j’avais toutes sortes d’idées de dessins et d’images. La pandémie, le confinement où, dans les villages, les rues étaient pas mal vides... Finalement, j’ai romancé et mis de l’humour là-dedans.»

Répétera-t-il l’aventure? «J’ai adoré mon expérience, et j’aimerais en faire d’autres, mais je me donne une petite pause! (rires) Définitivement, ce projet aura allumé une belle flamme en moi.»

«L’époque des crooners» 

En août dernier, Martin Deschamps avait évoqué l’intention de nous présenter un tout premier album country rock en 2021. La pandémie freine cependant les ardeurs de notre chanteur.

«Je travaille toujours sur ce projet, plusieurs chansons sont en chantier. Avec tout ce qui se passe, je reste patient et je préfère attendre de voir les développements avant de sortir un album. Je présente tout de même plusieurs spectacles, dont un beau show virtuel le 16 avril.»

Martin n’est pas peu fier de ce concert qui vous transportera, comme son titre l’indique, à l’époque des crooners avec le Moonwater Big Band, composé de 15 musiciens.

«Depuis des années, ma mère, je ne dirais pas qu’elle m’achalait, mais elle me conseillait fortement de faire un spectacle avec les succès des crooners comme Frank Sinatra, Louis Armstrong, Charles Aznavour... J’ai donc monté un gros show virtuel unique et exceptionnel: “L’époque des crooners”. J’ai l’impression que les gens vont être curieux et que je vais avoir ce beau moment où j’aurai présenté ça à mes parents de leur vivant! Je vais faire plaisir à ma mère!»

Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Et sa fille, Lou, sera aussi de la partie! «Elle n’aspire pas à devenir chanteuse pour l’instant; pour elle, c’est un beau passe-temps. Étant son père, je la pousserais, je lui ferais faire un album, mais elle n’est pas là dans sa vie. Elle est au cégep... à distance. Elle est très travaillante, je suis bien fier d’elle.»

Beaucoup d’encouragements 

Depuis le 26 mars, Martin Deschamps a repris ses concerts devant ses fans. «C’est un peu étrange pour moi de dire que je recommence à faire des shows devant un public. Je suis excité, content!»

Il s’agissait d’une première longue période sans faire de spectacles pour l’artiste. «À partir du moment où j’ai fait de la musique pour gagner ma vie, en 2000, je n’ai jamais passé un mois sans faire de spectacles, confie Martin. D’habitude, les artistes sortent un album et font une tournée. Dans mon cas, je n’ai pas cru à cette formule-là; je dois toujours être actif, sur la sellette.»

Martin avait d’ailleurs travaillé fort à organiser sa tournée «Comme je suis 2020», soulignant ses 50 ans et ses 20 ans de carrière. Mais la COVID-19 a interrompu ses spectacles. La déception a été vive, on l’aura deviné.

«Ç’a été bien triste, mais j’ai la chance d’avoir une femme, une fille et des parents exceptionnels, des amis aussi qui m’ont vraiment soutenu. Je suis passé à travers mon gros down grâce à eux. J’ai également eu beaucoup d’encouragements du public sur les réseaux sociaux; ça m’a donné un réconfort. On se rend compte que, finalement, notre carrière est fragile; la carrière est fragile, mais le gars est solide! (rires)»

Le spectacle «L’époque des crooners» sera présenté les 16, 17 et 18 avril sur la plateforme Live dans ton salon. La chanson et le clip de «Village fantôme» sont offerts en ligne.