/news/law

Mort des fillettes Carpentier: une demande d’enquête soumise à six ordres professionnels

La mère des deux fillettes assassinées en juillet dernier par Martin Carpentier, Amélie Lemieux, a saisi six ordres professionnels, vendredi matin, afin de demander des enquêtes déontologiques contre certains de leurs membres. 

Les ordres visés sont l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, l'Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec, l'Ordre des psychologues du Québec, l'Ordre des ergothérapeutes du Québec, l'Ordre des travailleurs sociaux et thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec ainsi que l'Ordre des psychoéducateurs et psychoéducatrices du Québec. 

«À l’automne dernier, nous avons été avisés par le CISSS de la Rive-Sud que plusieurs dizaines d’employés des services, presqu'une centaine de personnes en fait, ont illégalement consulté les dossiers médicaux de Mme Lemieux durant la période intense de recherches et des deux jeunes filles assassinées», a expliqué l’avocat de Mme Lemieux, Me Maxime Roy, en entrevue à Mario Dumont. 

L'enquête est aussi demandée puisque les dossiers médicaux des fillettes auraient pu être consultés.

Après avoir formulé plusieurs demandes d’accès à l’information depuis l’automne dernier, Me Roy et Mme Lemieux auraient obtenu une liste des personnes qui auraient consulté les dossiers médicaux et les professions que ceux-ci exercent. 

«Il nous apparaît très clair qu’il s’agit de violation déontologique grave et que ces ordres professionnels doivent mener des enquêtes sur leurs professionnels», estime l’avocat. 

On estime que plusieurs personnes ayant consulté les dossiers l'ont fait par curiosité, sans réelles raisons professionnelles. 

Dans la même catégorie