/finance/realestate

Prêts hypothécaires non assurés: le régulateur financier propose un taux plancher de 5,25 %

GEN-HABITATION-VENTE

Photo Agence QMI, Joêl Lemay

Le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) propose de rehausser le taux minimal applicable aux prêts hypothécaires non assurés, en le portant à 5,25%, dans un contexte de surchauffe du marché immobilier.

Plaidant pour de saines pratiques de souscription hypothécaire, le BSIF suggère de revoir l’étalonnage du taux admissible au moins tous les deux ans, pour des raisons d’adéquation aux risques conjoncturels.

«Le BSIF a bien conscience que la reprise économique du pays après la pandémie passe indéniablement par un système financier solide capable de soutenir la population canadienne dans le contexte actuel et, qu’en l’état, les conditions du marché immobilier au Canada pourraient accentuer le risque financier qui pèse sur les prêteurs», a indiqué le BSIF par communiqué, vendredi.

Le BSIF suggère une majoration de 2 %du taux hypothécaire et un taux plancher établi à 5,25 %.

Pour argumenter le réajustement du taux admissible minimal, le régulateur fédéral estime qu’une telle mesure se voulant «proactive» vise à favoriser la «résilience soutenue» des établissements financiers.

«Les prêts hypothécaires représentant l’exposition la plus importante pour la majorité des banques, le fait de veiller à ce que les emprunteurs soient en mesure de rembourser leurs prêts contribue largement au maintien de la sûreté et de la solidité du système financier canadien», a-t-on ajouté.

Écoutez la chronique économique d’Yves Daoust, directeur de la section Argent du Journal de Montréal, sur QUB radio: 

Dans la même catégorie