/news/coronavirus

Tous les travailleurs du milieu de la santé et des services sociaux appelés à se faire vacciner

L’ensemble des travailleurs du milieu de la santé et des services sociaux, qui jusqu’à présent n’avaient pas été vaccinés contre la COVID-19, peuvent désormais le faire, a indiqué samedi le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

• À lire aussi: Montréalais de 55 ans et plus: aucune attente pour se faire vacciner au Palais des congrès

• À lire aussi: «Je pense qu’on va pouvoir passer un bel été»

• À lire aussi: Des régions plus vaccinées que d’autres

Cette phase 2 de la vaccination des travailleurs de la santé et des services sociaux concerne seulement «les personnes qui ont un contact direct avec des patients dans le cadre de leurs activités professionnelles», a-t-on précisé dans un communiqué.

Cela inclut notamment le personnel du réseau, les stagiaires, ainsi que les responsables des ressources intermédiaires et de type familial qui n’étaient pas visés par la phase 1.

Les travailleurs de la santé et des services sociaux, incluant les stagiaires, œuvrant dans une clinique privée sont également concernés, ainsi que les travailleurs communautaires en contact direct avec des patients à haut risque, comme les travailleurs de rue en santé mentale, en itinérance et en toxicomanie.

«Les personnes concernées par cette seconde phase de vaccination n’ont pas reçu le vaccin en même temps que les autres travailleurs du milieu de la santé en raison d’un ralentissement des livraisons de doses en février dernier. La décision avait donc été prise de reporter la vaccination de ces personnes à une date ultérieure, lorsque la situation se serait stabilisée, comme c’est le cas actuellement», a-t-on aussi indiqué.

Les personnes concernées peuvent s’inscrire et prendre rendez-vous sur Québec.ca/vaccinCOVID.

Une preuve de vaccination 

Pour faire face au nombre croissant de cas que présente la transmission des nouveaux variants, le ministère de la Santé et des Services sociaux a annoncé, samedi, dans un arrêté ministériel, que certains travailleurs du réseau de la santé devront désormais fournir à leur employeur une preuve de vaccination contre la COVID-19.

Ainsi, les travailleurs n’ayant pas reçu une dose de vaccin depuis plus de 14 jours, ainsi que ceux refusant de fournir une preuve de vaccination, devront se soumettre à un dépistage préventif récurrent.

«Les travailleurs peuvent refuser de participer au dépistage, dans lequel cas ils seront réaffectés à des tâches similaires dans un milieu non visé ou placés en retrait sans rémunération si la réaffectation n’est pas possible ou si elle est refusée par les travailleurs», a précisé le ministère dans un communiqué.