/news/politics

Trans Mountain: le Parti québécois réclame l’arrêt du projet

Photo d'archives AFP

Le Parti québécois a réclamé samedi l’arrêt de l'agrandissement de l’oléoduc Trans Mountain, mais aussi la restitution des sommes investies par Québec face au manque de rentabilité du projet.

• À lire aussi: Oui à une vraie loi climat

• À lire aussi: Le pipeline Trans Mountain est encore profitable

• À lire aussi: Les Québécois les plus favorables aux énergies vertes

Cette demande fait suite à la publication, la semaine passée, d’une étude de l’Université Simon Fraser, en Colombie-Britannique, qui a avancé que le projet de pipeline devrait entraîner des pertes de près de 12 milliards $ à Ottawa.

«Encore une fois, le Canada s’entête à demeurer dans les énergies du siècle dernier et refuse de prendre les mesures nécessaires pour une réelle transition énergétique», a ainsi déclaré par voie de communiqué le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon. Le chef parlementaire a affirmé qu’il souhaitait revoir les 2,5 milliards $ investis par Québec dans ce projet pour accomplir un virage vert.

«Ces sommes devraient plutôt servir à entamer un véritable virage vert au Québec, à créer des emplois durables et à financer une transition énergétique juste. Avant le dépôt du budget du gouvernement Legault, nos attentes étaient claires: le Québec doit profiter de la relance pour prendre ce virage. Or, nous sommes constamment ralentis par les décisions du gouvernement fédéral», a-t-il réitéré.

Paul St-Pierre Plamondon a également suggéré que ces fonds économisés pourraient servir pour le réajustement des transferts en santé.

«En pleine troisième vague de la pandémie, il est urgent que le fédéral procède au rattrapage et qu’il nous verse les 6,2 milliards $ qu’il nous doit, au lieu de perdre des sommes astronomiques dans un inutile projet de pipeline se trouvant à des milliers de kilomètres du Québec», a-t-il conclu.

Le directeur parlementaire du budget (DPB) avait évalué en décembre dernier que le projet d’agrandissement du pipeline pour relier l’Alberta au Pacifique, dans la région de Vancouver, constituait un investissement possiblement rentable.