/news/coronavirus

Ventilation : «pas ça qui va réduire le risque»

Même le meilleur système de filtration d’air ne permet pas de réduire les risques de propagation de la COVID-19, estime le président de la compagnie de ventilation Aireau, Martin Brisebois.

• À lire aussi: Aération dans les écoles: le ministère de la Santé consulté dans le dossier

Pour lui, le porter le masque reste nécessaire : « Le masque est la première source de capture qui permet de faire une barrière réelle et de protéger. »

Le nouveau variant est beaucoup plus volatile et une propagation beaucoup plus rapide. À cet effet, M. Brisebois estime donc que porter le masque est un devoir de société. 

« Le fait d’avoir une ventilation, comme on a dans les écoles, ce n’est pas ça qui va réduire le risque de pandémie », croit le spécialiste. Il explique que les gouttelettes qui sortent de la bouche sont d’abord captées par le masque, puis les plus grosses vont se déposer au sol. Ce ne sont que les plus fines particules qui vont circuler dans l’air. 

Mario Brisebois continue en énonçant qu’augmenter le débit d’air des systèmes de ventilation augmenterait la transmission, étant donné les gouttelettes dans l’air. 

Il croit que la meilleure manière de procéder pour réduire le nombre de particules en suspens, surtout avec les températures clémentes des derniers jours, est de permettre l’entrée d’air frais en ouvrant les fenêtres. 

« Il ne faut pas croire que si on met un nouvel apport d’air, même si on met le meilleur système de filtration dans la ventilation, ça ne réduit pas le risque de contamination, au contraire », réitère Mario Brisebois.