/regional/montreal/montreal

Vers une plus grande autonomie alimentaire

L’arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie vient d’adopter une politique d’agriculture urbaine pour favoriser l’approvisionnement de fruits et légumes locaux.

• À lire aussi: Agriculture urbaine à Québec: un plan d’action «superficiel» qui occulte l’enjeu des terres agricoles

Pour l’occasion, de nouveaux arbres fruitiers ont été plantés au parc Beaubien à Montréal. Ce sont des cerisiers et poiriers qui devraient donner des fruits dans quelques années aux gens du quartier.

En plus des nouveaux arbres, dans ce même parc on retrouve un espace réservé pour un jardin libre.

Le maire et son équipe se sont basés sur deux aspects pour adopter cette nouvelle politique, dont la demande des citoyens.

«Nos jardins communautaires débordent, la liste d’attente est énorme et on est incapable de souffler à la demande», mentionne François Croteau, maire de l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie.

L’influence de la pandémie  

Depuis un an, les différents paliers gouvernementaux rappellent l’importance de consommer et d’encourager local.

C’est également un des facteurs qui a fait pencher la balance en faveur d’un tel projet. 

«Tous les enjeux d’accès à l’alimentation. On l’a vu pendant la pandémie c’est un enjeu crucial pour les personnes les plus vulnérables et cette stratégie-là va venir en accord avec celle de la Ville de Montréal sur la lutte à l’insécurité alimentaire» rappelle le maire.