/news/coronavirus

Pluie de tickets au rassemblement des tams-tams

Des policiers ont pris le temps de s’asseoir pour rédiger leurs tickets.

Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Des policiers ont pris le temps de s’asseoir pour rédiger leurs tickets.

La police de Montréal a remis plus d’une trentaine de contraventions et menotté au moins une personne durant un rassemblement aux tams-tams du mont Royal dimanche après-midi.

• À lire aussi: Montréal: plusieurs dizaines de personnes pour manifester contre le couvre-feu

• À lire aussi: Les rassemblements dans les parcs dérangent

• À lire aussi: Retour du couvre-feu à 20h ce soir à Montréal et Laval

Plusieurs musiciens et danseurs étaient réunis au pied du monument Sir George-Étienne Cartier pour profiter du beau temps. 

Une trentaine de constats d’infractions ont été donnés à des personnes qui ne portaient pas le couvre-visage. 

« Fuck that. On avait deux mètres. On est dehors, monsieur », a lancé une dame à qui un policier a remis une contravention pour non-respect des consignes sanitaires.  

Selon nos observations, au moins une personne a été arrêtée. L’homme dans la quarantaine refusait de coopérer avec les autorités.

PAS D’ÉVACUATION  

En tout, plus d’une cinquantaine de percussionnistes étaient rassemblés sans respecter nécessairement les consignes sanitaires. À l’écart de ce groupe, des dizaines de personnes observaient le spectacle avec un sourire aux lèvres.

« Il est temps que les policiers interviennent ici. C’était pire la semaine dernière », commente Louisette, une passante venue marcher avec son mari. 

Les policiers ont aussi remis de nombreuses contraventions à des Montréalais pour avoir bu une bière sans l’avoir accompagnée d’un repas. 

« On est vraiment dans un État de police. On ne peut même plus relaxer au parc », critique Alexane Rancourt. 

En fin de journée, tous les participants aux tams-tams ont quitté passivement le site. « Nous ne ferons aucun commentaire au sujet des rassemblements dans les parcs ce week-end », affirme au Journal Raphaël Bergeron, porte-parole du SPVM.

Dans la même catégorie