/finance/homepage

Retour aux PIB pré-COVID dès 2022 pour les pays les plus vaccinés

Businessman récession décroissance crise économie

Photo Fotolia

Les économies du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord (MENA) qui auront le plus vacciné leur population contre la COVID-19 retrouveront l'an prochain leur niveau d'avant la pandémie, a affirmé dimanche le Fonds monétaire international (FMI), relevant ses prévisions de croissance régionale pour 2021.

• À lire aussi: Vaccination: quand le Chili fait la leçon au Canada

• À lire aussi: La COVID-19 gonfle la dette des pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord

• À lire aussi: Un déficit record de 363,4 milliards pour la prochaine année, selon le DPB

La région MENA, qui comprend tous les pays arabes et l'Iran, a connu une contraction de 3,4% de son PIB en 2020, selon les dernières estimations, en raison de la baisse des prix du pétrole et des mesures de confinement prises pour empêcher la propagation du coronavirus.

Selon le FMI, la croissance dans la région va s'accélérer pour atteindre 4% cette année, soit une hausse de 0,9 point par rapport à sa dernière projection publiée début février.

Dans son rapport sur les perspectives économiques régionales publié dimanche, le FMI dit s'attendre à ce que les niveaux de PIB des pays qui ont le plus vacciné atteignent l'année prochaine les niveaux de 2019, tandis que pour les autres, la reprise se produira plus tard, entre 2022 et 2023.

«Cette reprise à plusieurs vitesses se situe à différents niveaux, entre ceux qui sont rapides dans la vaccination (...), ceux qui seront lents et ceux qui seront en retard», a déclaré à l'AFP Jihad Azour, directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale au FMI.

«Le déploiement du vaccin et la réponse politique jouent un rôle important dans la qualité et la profondeur de la reprise» économique, a-t-il ajouté.

Certains pays de la région, en particulier dans le Golfe, ont lancé de vastes campagnes de vaccination. Mais l'accès aux vaccins reste un défi pour de nombreux autres pays en raison de pénuries, de retards de livraisons, de conflits internes et de difficultés financières.

Après une contraction de 4,8% en 2020, les Etats du Golfe, riches en pétrole, devraient connaître une croissance de 2,7% cette année.

Le Liban, frappé par des crises économique, sociale et politique, est le seul pays de la région où l'activité devrait encore se contracter après une récession de 25% en 2020.

Le pays, qui peine depuis des mois à former un nouveau gouvernement, a engagé l'an dernier des discussions avec le FMI au sujet d'un soutien financier, mais elles se sont rapidement heurtées à un mur en raison de l'absence de consensus politique sur les réformes nécessaires.

«En l'absence de gouvernement, il est très difficile pour nous de fournir autre chose qu'une assistance technique et un soutien politique», a déclaré M. Azour.