/news/tele

«Star Académie»: c’est la fin pour Maëva et Shayan

Ils ont tous été très bons, mais il fallait trancher. Deux candidats devaient quitter «Star Académie» dimanche, et c’est pour Maëva Grelet et Shayan Heidari que le couperet est tombé. Heureusement, nos deux artistes repartent le cœur léger, satisfaits de leur formation en accéléré.

• À lire aussi: «Star Académie»: Jonathan Roy regarde droit devant

• À lire aussi: «Star Académie»: retour dans la lumière pour Francine Raymond

• À lire aussi: «Star Académie»: François Surprenant, au volant avec les académiciens

À la fin de l’émission, Isabelle Boulay a annoncé que le public protégeait William Cloutier, et les professeurs ont renchéri quelques minutes plus tard en dévoilant qu’ils gardaient Lunou Zucchini dans l’aventure. Les jeux étaient donc faits pour Maëva et Shayan, qui étaient en danger contre eux.

Ces deux derniers, tels de vrais pros, ont encaissé le coup avec le sourire, toujours solidaires et positifs. Maëva avait hâte de «faire plein de bisous» à sa maman, et Shayan était aussi content de renouer avec sa famille. «Ça va faire du bien», a-t-il glissé.

Une Ariane Moffatt masquée est même venue prodiguer à ses protégés un câlin d’au revoir et de félicitations pendant qu’ils accordaient des entrevues.

Grande fierté

«Je me sens tellement fière de ma performance, mais surtout fière de la performance de tous les candidats en danger, a lancé Maëva. On a "grave assuré", on a niqué la scène, on a géré... (rires) Je pense que je peux partir la tête haute, et Shayan aussi.»

«Je suis fier de toi aussi, et je suis fier de tout le monde, pas juste les candidats en danger, a répondu Shayan, à ses côtés. Tout le monde était incroyable. Moi, en partant avec cette chanson-là ("Somewhere Only We Know", de Keane), j’ai l’impression de laisser ma marque et j’espère que les gens ont pu réaliser à quel point il faut lâcher prise et juste apprécier le moment...»

Shayan, qui avait abandonné l’école avant «Star Académie», dit avoir des compositions en banque – qu’il n’a pas voulu mettre de l’avant à «Star Académie» – et a toujours mille idées de chansons et de vidéos en tête. Il compte se consacrer à la musique à temps plein dès maintenant.

Quant à Maëva, diplômée en esthétique depuis le début 2021, elle ne souffle mot de ses projets pour l’instant, mais promet que «c’est du lourd»!

«Vous n’avez pas fini d’entendre parler de moi», a-t-elle crâné, heureuse d’avoir senti que sa composition «Le temps au temps» avait plu à l’assistance.

Et qu’est-ce que Maëva et Shayan ont principalement appris de leur séjour à «Star Académie»?

«Malgré le fait que c’était une compétition et qu’il y avait du stress, je me suis amusé et j’ai pris le temps d’apprendre, d’utiliser les outils que les profs nous donnaient. Quand on sort, on se dit qu’on est prêts et qu’on va foncer», a expliqué Shayan.

«J’ai appris que je n’ai pas à me donner de limites par rapport à moi et à ma voix, a enchaîné Maëva.Je me suis impressionnée moi-même, avec la quantité d’informations que j’ai eues dans le crâne! J’ai pu grandir et j’ai aussi appris beaucoup sur moi-même et ma personnalité, avec les autres académiciens. Ce n’était pas facile à certains moments, mais de savoir qu’on est soutenus et entourés dans ce métier, ça fait chaud au cœur!»

Vives émotions

Outre les prestations des quatre candidats en danger, le variété de «Star Académie» de dimanche, neuvième de la saison – n’en reste que trois! – a été le théâtre de tous les sentiments, avec les passages d’Isabelle Boulay, de Francine Raymond, de Jonathan Roy et l’hommage pour le moins coloré à Elton John.

Généreuse, Isabelle Boulay avait elle-même accolé des chansons de son répertoire aux candidats, juchés sur de gros blocs blancs, pour un mélange de fête («Tandem» et «We’re Not Gonna Take It», par Jacob, pour combler la fibre «heavy metal» d’Isabelle), et de mélancolie («Parle-moi», «Un peu d’innocence», et «Tant que l’amour existera», reçue par Guillaume, un «fan» invétéré d’Isabelle).

Véritable antidote à la morosité, le vitaminé pot-pourri de succès d’Elton John a été décoré de lunettes, de masques et de chapeaux disco multicolores. Ç’a commencé avec «Saturday Night», et ça s’est terminé avec «Crocodile Rock», avec une variation de «I’m Still Standing» et de «Rocket Man» (sur laquelle Shayan a été solide) entre les deux.

Rayon nostalgie, on attendait impatiemment le retour de Francine Raymond, après 15 ans d’absence sur scène. Celle-ci s’est fait attendre, se réservant «Pour l’amour qu’il nous reste», à la fin du numéro, avec une chorale d’académiciens derrière elle.

En l’attendant, ceux-ci ont fait jaillir les souvenirs au son de ses immortelles «Magie noire et blanche», «Vivre avec celui qu’on aime», «Pense à moi», «Tous les bateaux font des vagues» et «Souvenirs retrouvés». Même Ariane Moffatt et Patrice Michaud se sont gâtés en participant au coup de chapeau à l’auteure-compositrice – intronisée dimanche au Panthéon des auteurs-compositeurs canadiens avec son complice guitariste Christian Péloquin – en relisant la symbolique «Y’a les mots».

Enfin, Jonathan Roy est venu offrir ses deux plus récents tubes, «Keeping Me Alive» et «Lost». Et la chanson «I Lost My Baby», de Jean Leloup – tirée de son album mythique «Le dôme», qui célèbre ses 25 ans en 2021 – a rejoint l’illustre tableau d’honneur des «Chansons de la nation».

Les quatre chansons interprétées par les candidats en danger sont disponibles sur QUB musique et sur toutes les plateformes d’écoute en continu et de téléchargement.

Les prestations des candidats

William Cloutier (Choix du public)

William Cloutier a réitéré son souhait de se rendre loin dans l’aventure «Star Académie», en grande partie pour sa famille, lui qui a sacrifié le temps qu’il aurait pu passer avec son deuxième petit garçon à sa naissance, au début février, pour se consacrer entièrement à la téléréalité. Le public a entendu son appel, et l’a sauvé. Puisque son amoureuse et sa progéniture occupent le premier plan dans son cœur, le chanteur de Victoriaville a choisi d’opter, dimanche, pour «Comment je te dirais», une pièce de Renée Wilkin écrite par Marc Dupré et Nelson Minville, qu’il a dédiée aux siens. Son interprétation, d’une voix sans faille, sonnait comme un cri du cœur, et William lui-même semblait ébranlé une fois le morceau terminé, tout comme Lara Fabian. «Parfois il y a des moments pivots où on doit brancher les deux bouts, les habiletés et la sensibilité. Tu l’as fait ce soir», lui a souligné la directrice. William a promis aux téléspectateurs qu’il les inviterait à une grande épluchette de blé d’Inde une fois la pandémie terminée, pour célébrer!

Lunou Zucchini (Choix des professeurs)

Lunou n’a pas manqué de puissance sur «Million Years Ago», de Adele. Les professeurs ont reconnu son talent en la protégeant, une fois William réchappé par le public. Intense, tant dans son sourire que dans ses envolées vocales impeccables, devant une fleur blanche qui crachait de petits flocons lumineux, l’académicienne de Saint-Denis-sur-Richelieu paraissait sereine, semblait s’amuser. Dans l’assistance, sa maman, Luce Dufault, avait du mal à dissimuler son émotion. «Il y avait de la nervosité, de l’émotion, de la maîtrise et de l’urgence... Mission accomplie!», a décrété Gregory Charles après la prestation de Lunou.

Maëva Grelet (Délogée)

Malheureusement, Maëva a dû plier bagage. Or, quoi qu’il en soit, sa composition «Le temps au temps», sur laquelle elle a misé dimanche, a tout pour devenir un ver d’oreille radiophonique. Pétillante, la candidate de 20 ans l’a rendue en bougeant lascivement, dans des mouvements sexy, détendue. Le style pimpant va définitivement bien à celle qui a fait danser les professeurs dans leurs estrades, eux aussi envoûtés et amusés par la mélodie. «J’ai hâte d’acheter des billets pour ce spectacle!», s’est exclamée Lara, qui a ainsi annoncé vouloir suivre avec intérêt la carrière de Maëva.

Shayan Heidari (Délogé)

En danger pour une deuxième semaine consécutive, Shayan a interprété «Somewhere Only We Know», de Keane, au piano, puis debout, les bras grand ouverts, comme une ode au public. Authentique bête de scène, transi de sincérité, Shayan a été plus vulnérable récemment, compte tenu de sa situation incertaine dans l’aventure, a observé Ariane Moffatt. Mais «tu as utilisé cette fragilité pour enrichir ce que tu as à proposer», a ajouté la professeure de création musicale. Hélas, la compétition étant ce qu’elle est, Shayan a dû quitter ses camarades.

Ils poursuivent l’aventure

Jacob Roberge – 22 ans – Lévis

Guillaume Lafond – 25 ans – Richelieu

Rosalie Ayotte – 20 ans – Saint-Tite

Queenie Clément – 29 ans – Montréal

William Cloutier – 25 ans - Victoriaville

Lunou Zucchini – 25 ans – Saint-Denis-sur-Richelieu

Dans la même catégorie