/news/coronavirus

COVID-19: l’ouest de la Côte-Nord connaît son pire bilan

injecting injection vaccine vaccination medicine flu woman doctor

Photo Adobe Stock

Bien que la campagne de vaccination soit amorcée dans la région de la Côte-Nord, 18 nouveaux cas ont été enregistrés en Haute-Côte-Nord et dans la Manicouagan en fin de semaine, un bilan qui inquiète les autorités de la région.

• À lire aussi: Un père de 36 ans en pleine santé foudroyé par le variant

• À lire aussi: Malades chroniques: début de la vaccination à Montréal

• À lire aussi: Saguenay–Lac-Saint-Jean: bientôt de retour en zone rouge ?

Huit nouveaux cas ont par ailleurs été ajoutés lundi un peu partout sur la Côte-Nord, dont quatre dans la Manicouagan. Les autres infections sont réparties dans Sept-Rivières, en Basse-Côte-Nord, dans Caniapiscau et en Haute-Côte-Nord. Une personne de plus a également été hospitalisée.

Les autorités sont donc de plus en plus inquiètes devant ce bilan, d’autant plus qu’il pourrait s’alourdir dans les prochains jours, 300 personnes étant actuellement en isolement dans la région après avoir été en contact avec un cas positif.

«S’il devait y avoir un changement [de zone], il vaut mieux y aller pour toute la région. On ne peut pas compartimenter par MRC. Mais toutes les évaluations sont en cours», a alors précisé le médecin-conseil en santé publique, Richard Fachehoun.

«Évidemment, on ne souhaite pas changer de zone», a lancé le député de René-Lévesque, Martin Ouellet. «Mais si la Santé publique trouve qu’il faut reconfiner nos salles à manger, qu’il faut remettre le couvre-feu parce qu’il y a trop de gens qui trichent, ce sera leur décision. Mais moi j’en appelle à l’intelligence des gens de la Côte-Nord, il y a peut-être eu un petit relâchement, mais il ne faut pas baisser la garde.»

Après la polyvalente des Berges en Haute-Côte-Nord, c’est maintenant au tour de la polyvalente des Baies de Baie-Comeau d’être aux prises avec deux cas d’élèves testés positifs. Ils ont été placés en isolement tout comme leur entourage, tandis que le centre de services scolaire de l’Estuaire a préféré resserrer les mesures sanitaires pour cette école.

«C’est sûr qu’on sent l’inquiétude. On parle de variant, donc de contagiosité plus élevée», a souligné Patricia Lavoie, du centre de services scolaire de l’Estuaire. «Mais on est en étroite collaboration avec la Santé publique. La situation est sous contrôle, mais on est conscient que des gens aimeraient qu’on fasse plus d’enseignement à la maison. On n’en est pas rendu là pour l’instant.»

La Santé publique a également ouvert un deuxième centre de dépistage à Baie-Comeau pour faire face à la demande accrue de prélèvement.