/regional/troisrivieres/mauricie

Des restaurateurs découragés : de nombreux clients de zones rouges en zone orange

Le beau temps de la fin de semaine en a incité plusieurs à sortir, mais plusieurs restaurateurs de Bécancour ont été occupés à contrôler des clients provenant de zones rouges.

• À lire aussi: Québec bonifie ses aides pour soutenir les entreprises affectées par la COVID-19

• À lire aussi: La grogne prend de l’ampleur à force de changements

Le Quai des Brasseurs de Bécancour a notamment été fort occupé. «En fin de semaine, je vous dirais que c'était quasiment un client sur deux qui était de zone rouge», s’est étonné lundi en entrevue avec TVA Nouvelles le directeur de l’établissement, Yanick Giguère.

C'est que la Mauricie et le Centre-du-Québec, en zone orange, sont coincés entre Montréal et Québec, en zone rouge. L'affluence des résidents des zones rouges déçoit le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel.

«Ça m'étonne et ça me déçoit. C'est sûr que ce n’est pas drôle, le message qu'on envoie à la population, mais les zones rouges ne peuvent pas venir ici», a-t-il déclaré.

Et à la microbrasserie Ô Quai des Brasseurs, les clients refusés n'étaient pas tous compréhensifs. «On en a eu quelques-uns qui se sont fâchés, [qui ne] comprennent pas pourquoi on est si sévère que ça, a raconté M. Giguère. Ils disent : "Je suis là, tu peux me donner une table!" Non monsieur, vous avez accès aux tables à pique-nique à l'extérieur, je ne donne même pas accès à mes terrasses!»

La situation n'est pas unique à l’Ô Quai des Brasseurs. D'autres restaurants ont vécu la même chose, notamment Le Gentilly, de Bécancour.

«On n'a pas le choix de demander les preuves d'identité, a expliqué la gérante, Lyna Delaunais. Ça surprend encore des gens. Ils sont surpris et outrés de devoir prouver qu'ils sont de la région. Mais on veut continuer à travailler.»

Selon le député Martel, le festival Regard sur l'oie blanche est aussi victime de son succès. «On sait que ça attire beaucoup de personnes, mais on est en contexte de restrictions.»

Avec la menace de basculer en zone rouge qui plane toujours, l’Ô Quai des Brasseurs va jusqu'à demander aux policiers de s'assurer que les résidents des zones concernées y restent.