/news/society

Grève des enseignants : Demandes d’ordonnance des commissions scolaires

Plusieurs syndicats de l’enseignement auraient reçu lundi des demandes d’ordonnance quant à la tenue de leur première journée de grève, qui aura lieu mercredi.

Les enseignantes et les enseignants québécois sont sans contrat de travail depuis plus d’un an, mais les négociations avec le gouvernement ne vont pas à une vitesse satisfaisante, ce qui a motivé cette grève, annoncée il y a un peu moins de deux semaines.

Selon le Syndicat de Champlain, qui représente les intérêts des accréditations enseignantes des Patriotes, de Marie-Victorin et de Salaberry, les employeurs admettent que la grève est légale, mais que son exercice est abusif dans les circonstances.

Des demandes d’ordonnance ont ainsi été déposées et les commissions scolaires porteraient également la contestation juridique devant le Tribunal administratif du travail (TAT), «acceptant très mal le revers subi devant la Cour supérieure de ce matin [lundi]», a décrié le Syndicat de Champlain sur sa page Facebook.

Selon un courriel de la Fédération des centres de services scolaires du Québec, les deux demandes en lien avec la grève sont de garantir l’ouverture en toute sécurité des services de garde d’urgence pour les travailleurs essentiels et la possibilité d’offrir l’enseignement à distance dans le cas où les services de transport scolaire ne peuvent être réorganisés.

Une nouvelle audience est prévue pour 9 h, mardi matin.