/news/coronavirus

«Le virus a eu des opportunités incroyables dans les derniers jours», selon le Dr Marquis

Manifestations, rassemblements nombreux dans les parcs sans distanciation et sans masque, les événements qui se sont déroulés au cours des derniers jours à Montréal vont avoir des conséquences dans cette pandémie croit le Dr François Marquis, chef des soins intensifs de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Pluie de tickets au rassemblement des tams-tams

• À lire aussi: EN IMAGES | Vieux-Montréal: couvre-feu à 20h sous haute tension

«On a traversé des choses épouvantables et il y en a encore probablement devant nous», a-t-il lancé en entrevue avec Mario Dumont. 

Cette troisième vague, gonflée par la présence du variant britannique plus contagieux et plus mortel, a déjà montré sa force et sa puissance, dans d’autres pays. 

Un scénario que risque de connaître aussi le Québec. 

«Quand on voit ce qui s’est passé avec l’éclosion dans le gym à Québec, que c’était quand même un nombre limité de personnes, et l’impact que ça l’a eu sur la région de Québec... Et là on voit des grosses manifestations sans masque, au-delà de qui a tort, qui a raison, le fait est que le variant, lui s’en fout complètement!», explique cet intensiviste devenu l’une des figures importantes de la crise sanitaire au Québec. 

«Le virus ce qu’il a vu, lui, dans les derniers jours, ce sont des opportunités incroyables, et dans deux semaines il sera trop tard pour dire ‘’avoir su’’», puisqu’il se sera déjà propagé allègrement. 

Le Dr Marquis comprend la lassitude de la population face à la pandémie et aux mesures restrictives, mais que ce n’est pas une raison pour tout relâcher. 

«Je suis le premier tanné à avoir le goût de revenir à une vie normale! Faut comprendre que ces choix-là que la société est en train de prendre vont avoir des conséquences. Si vous êtes tannés allez vous faire vacciner au plus tôt, c’est la chose à faire pour nous aider!»

Il souligne que malheureusement, les interactions humaines sont le problème actuellement et qu’il faut les éviter. 

«Tout ce qui est à la base de nos comportements humains, le virus se sert de ça. Il se fout de nos allégeances politiques, il se fout qu’on soit anti masque, pro masque, antivaccin, pro vaccin. S’il a une opportunité, il va butiner d’une personne à l’autre, et se répandre. Si on se ramasse avec plusieurs éclosions dans des hôpitaux différents, c’est là que le système de santé se fait surcharger, qu’on est obligé de revenir au délestage, que les gens qui n’ont pas la COVID, mais d’autres maladies deviennent des victimes collatérales de la pandémie», conclut-il.

***Voyez son entrevue intégrale dans la vidéo ci-dessus. ***

Dans la même catégorie