/news/coronavirus

Plus d'un million de morts de la COVID-19 en Europe

L'Europe a recensé plus d'un million de morts de la COVID-19 depuis la découverte du coronavirus en Chine en décembre 2019, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de bilans fournis par les autorités de santé, lundi.

• À lire aussi: «Ça arrive enfin, après tous ces mois!»

• À lire aussi: COVID-19: la majorité des Brésiliens en soins intensifs ont moins de 40 ans

• À lire aussi: La pandémie est à un «point critique» et les infections croissent

Les 52 pays et territoires de la région totalisent au moins 1 000 288 décès pour 46 496 560 cas. Viennent ensuite l'Amérique latine et les Caraïbes avec 832 577 décès et 26 261 006 cas, les États-Unis et le Canada avec 585 428 décès et 32 269 104 cas.

Suit l'Asie qui compte 285 824 décès et 19 656 223 cas, le Moyen-Orient avec 119 104 décès et 7 011 552 cas, l'Afrique avec 115 779 décès et 4 354 663 cas et finalement l'Océanie avec 1 006 décès et 40 348 cas.

Selon les derniers bilans disponibles, près de six décès sur 10 en Europe ont été déclarés dans six pays : au Royaume-Uni (127 100 décès, 4 373 343 cas), en Italie (114 612 décès, 3 779 594 cas), en Russie (103 263 décès, 4 649 710 cas), en France (99 163 décès, 5 067 216 cas), en Allemagne (78 452 décès, 3 011 513 cas) et en Espagne (76 525 décès, 3 370 256 cas).

Les tendances sont toutefois bien différentes au sein de ce groupe de pays. Le Royaume-Uni, après avoir enregistré jusqu'à 8 700 décès en une semaine fin janvier, a vu l'épidémie fortement reculer (238 décès ces sept derniers jours). Le pays a massivement vacciné depuis début décembre : quelque 60% de la population adulte a déjà reçu une première dose de vaccin. D'autres pays comme l'Italie (3 200 décès depuis mardi dernier), la Russie (2 500) ou la France (2 200) font, eux, face à une troisième vague.

Les chiffres compilés par l'AFP reposent sur les bilans publiés quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays. Ils sont une estimation partielle du nombre réel de décès, les organismes statistiques de plusieurs pays ayant conclu a posteriori à un nombre encore plus grand de morts attribuables à la COVID-19.

L'Europe avait dépassé le seuil du demi-million de morts le 17 décembre, onze mois après l'annonce du premier mort en Chine en janvier 2020. 500 000 autres personnes ont été emportées en moins de quatre mois.

Depuis fin mars, la courbe des décès s'est stabilisée. L'Europe a comptabilisé 27 036 décès la semaine dernière, soit en moyenne 3 900 par jour, des chiffres largement inférieurs à ceux de la semaine la plus meurtrière enregistrée sur le continent. Entre le 14 et le 20 janvier 2021, 40 178 décès avaient été recensés, soit environ 5 700 par jour.

En proportion de la population, les pays les plus touchés dans le monde sont européens : la République tchèque est le pays qui déplore le plus grand nombre de morts avec 261 décès pour 100 000 habitants, suivie par la Hongrie (245) et la Bosnie-Herzégovine (228).

Les décès recensés en Europe (900 millions d'habitants, soit un neuvième de la population mondiale) représentent plus d'un tiers des 2,94 millions de victimes de la pandémie recensées dans le monde, pour plus de 136 millions de cas diagnostiqués depuis le début de la pandémie, selon le comptage de l'AFP.