/regional/saguenay

Une vraie clinique de physiologie respiratoire au Cégep de Chicoutimi

Le Cégep de Chicoutimi, situé dans la ville de Saguenay, vient d’ouvrir les portes d’une toute nouvelle clinique de physiologie respiratoire grâce à une entente avec le réseau de la santé.

• À lire aussi: Cégep de Chicoutimi: un prof aux propos racistes peut enseigner

• À lire aussi: Plus de jeunes qui veulent travailler

• À lire aussi: Les gyms de Saguenay s'adaptent au masque obligatoire

Les étudiants en inhalothérapie ont maintenant la possibilité de recevoir de vrais patients à l’intérieur des murs de l’établissement d’enseignement.

Laury-Ann Houde et Sylvyanne Boulianne, deux étudiantes en inhalothérapie, avaient la chance d’accueillir leur tout premier patient, lors du passage de l’équipe de TVA Nouvelles vendredi.

«C’est plaisant de le vivre en vrai et de pouvoir se corriger», a affirmé Sylvyanne, fébrile de pouvoir vivre une telle expérience.

«C’est tout nouveau, ça vient de commencer... On est très contents d’offrir à nos étudiants la possibilité de faire des tests réels avec de vrais patients», a indiqué le directeur des études du Cégep de Chicoutimi, Christian Tremblay, heureux de voir ce projet aboutir.

Les patients doivent être référés par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) Saguenay-Lac-Saint-Jean. Ils peuvent ensuite se présenter au laboratoire de physiologie respiratoire du cégep où ils effectuent les tests de fonction respiratoire, exactement comme à l’hôpital de Chicoutimi.

«Les étudiants apprennent ici à faire des tests pour mesurer les capacités respiratoires des patients, autant les volumes que la vitesse à laquelle sort l’air dans les poumons», a expliqué Laurie Tremblay, enseignante en inhalothérapie au Cégep de Chicoutimi.

Une fois les tests effectués, les résultats sont acheminés à l’hôpital de Chicoutimi.

«Les examens sont ensuite analysés au même titre qu’un patient qui passe les examens au laboratoire de l’hôpital. Le pneumologue en fait la lecture. Et le médecin traitant reçoit les résultats», a ajouté le gestionnaire en inhalothérapie pour l’hôpital de Chicoutimi, Sylvain Dallaire.

Ce partenariat entre le Cégep de Chicoutimi et le CIUSSS Saguenay-Lac-Saint-Jean tombe à point alors que la liste d’attente pour ce type d’examen est très longue.

«On a dû fermer le laboratoire quelques mois l’an passé... On a pris beaucoup de retard en lien avec la pandémie de la dernière année», a souligné Sylvain Dallaire.

Environ 3 000 patients sont actuellement en attente pour passer cet examen à l’hôpital de Chicoutimi. Et il peut y avoir jusqu’à trois ans de délai pour les cas jugés non prioritaires.

«C’est sûr qu’on ne fera jamais un grand volume [au cégep], mais ce qu’on peut faire, on est content de le faire et pour nos étudiants, c’est extrêmement formateur», a affirmé Christian Tremblay, le directeur des études.

«Ça fait juste nous prouver que ça fait deux ans qu’on travaille, qu’on est prêtes et qu’on a hâte d’aller montrer nos connaissances», a soutenu Laury-Ann Houde, étudiante.

Le programme d’inhalothérapie est d’ailleurs en période de recrutement jusqu’au 1er mai prochain.