/news/coronavirus

La troisième vague ressemble à un tsunami en Outaouais

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

La pandémie a davantage les allures d’un «tsunami» que d’une vague en ce moment en Outaouais selon les autorités de santé régionales qui sont aux prises avec une situation sans précédent.

Le nombre de nouveaux cas quotidiens recensés en Outaouais demeure parmi les plus élevés au Québec avec respectivement 290 et 245 cas additionnels lundi et mardi. Même si les retards dans l’obtention des résultats des tests de dépistage expliquent en partie ces chiffres, l’impact sur le réseau de santé régional est majeur.

«La troisième vague ressemble plus à un tsunami, car nous sommes dans un tourbillon incessant à l’interne. Cette crise nécessite des ajustements d’heure en heure, pour ne pas dire de minute en minute», a admis la présidente-directrice générale adjointe du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), France Dumont.

Mme Dumont n’a pas voulu spéculer à savoir si ces retards avaient pu fausser les statistiques et influencer à tort les décisions de la santé publique pour l’Outaouais, mais elle a convenu qu’ils représentaient le «talon d’Achille» de la région. Les arriérés sont toutefois chose du passé depuis lundi en fin de journée, si bien que 80% des résultats sont désormais disponibles en moins de 24 heures.

Hospitalisations 

Les hospitalisations liées à la COVID-19 inquiètent aussi grandement les autorités de santé régionales, car un nombre record de 57 personnes occupaient mardi des lits à l’unité spécialisée de l’Hôpital de Hull, dont 21 en soins critiques, y compris sept aux soins intensifs.

«Le taux d’admission continue d’augmenter et les séjours sont relativement longs. La situation se veut très difficile et nous tentons de trouver des ressources supplémentaires», a confirmé Mme Dumont, estimant que la tempête pourrait durer encore quelques semaines.

D’ici là, elle lance de nouveau un appel à la population afin de maintenir une «discipline de fer» individuelle et collective, tout en continuant de participer à l’effort de vaccination. Mardi, en matinée, 45% des plages horaires étaient toujours disponibles pour obtenir un vaccin.

Rappelons que Québec a décrété des mesures sanitaires spéciales d'urgence le 1er avril pour la Ville de Gatineau et la MRC des Collines-de-l'Outaouais. Comme la situation continue de se détériorer dans la région, le gouvernement Legault a décidé mardi d’étendre ces mesures à tout l’Outaouais et de les prolonger jusqu’au 25 avril.