/finance/homepage

L’aéroport de Saint-Hubert veut offrir des vols à bas prix

L’aéroport Montréal - Saint-Hubert (YHU) a demandé l’aide du gouvernement fédéral dans son programme de relance économique, mardi, afin de devenir une plaque tournante pour les transporteurs aériens qui offrent des vols à bas prix.

• À lire aussi: Air Canada: les clients peuvent maintenant se faire rembourser

• À lire aussi: Est-du-Québec : le retour d’Air Canada bien loin de faire l’unanimité

Les dirigeants de l’endroit souhaitent interpeller Transports Canada afin d’obtenir un ajustement des conditions en place qui pourraient leur permettre d’offrir des déplacements aériens «à rabais».

On espère ainsi, étant donné le positionnement stratégique (à 15 minutes du centre-ville de Montréal) de l’aéroport, devenir un pôle d’importance de l’industrie, mais aussi «une plaque tournante de l’économie québécoise», a-t-on déclaré par voie de communiqué.

YHU aimerait aussi répondre aux besoins des Québécois en permettant les déplacements vers les régions, alors que les grands transporteurs ont abandonné dernièrement plusieurs liaisons vers l’est de la province.

«C’est commun, dans toutes les grandes villes, d’avoir un aéroport secondaire comme l’aéroport de Saint-Hubert, qui se concentre sur les vols régionaux et les vols à rabais», a déclaré en entrevue à TVA Nouvelles le président du conseil d’administration de l’aéroport, Charles Vaillancourt.

Celui-ci aimerait d’ailleurs inclure dans son offre des vols canadiens, mais aussi transfrontaliers.

«Les centaines de milliers de voyageurs qui se déplacent à partir de Plattsburgh [dans l’État de New York] et de Burlington [au Vermont] chaque année, pour aller vers des destinations vacances au sud des États-Unis, dans les Caraïbes ou au Mexique, [on pourrait] les ramener à Saint-Hubert avec des transporteurs à rabais», a indiqué M. Vaillancourt.

C’est toutefois l’aéroport Montréal-Trudeau qui a le monopole sur les vols internationaux, ce qui est appelé à changer par YHU.

Le plan de relance économique de l’aéroport Montréal - Saint-Hubert prévoit des retombées économiques annuelles d’un milliard $ et la création de plus de 5000 emplois d’ici 2037.