/news/coronavirus

Peu enthousiaste, Québec garde la porte ouverte au Grand Prix du Canada

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Aux dires du directeur de la Santé publique du Québec, Dr Horacio Arruda, il serait possible de tenir le Grand Prix de Formule 1 du Canada cette année en dépit de la pandémie et du peu d’enthousiasme affiché par le premier ministre François Legault.

• À lire aussi: GP du Canada: Valérie Plante prône la prudence avec l'argent public

Précisant qu’aucune décision concernant la présentation de l’épreuve devant avoir lieu sur le circuit Gilles-Villeneuve le 13 juin, M. Arruda a ouvert la porte à la tenue de la course qui avait été annulée l’an passé.

«Il y a moyen de l’organiser à huis clos», a-t-il déclaré durant le point de presse du premier ministre, mardi après-midi.

Celui-ci s’est d’ailleurs montré assez tiède quand il fut interrogé à ce propos.

«Il n’y a rien de réglé avec le Grand Prix. La seule chose qui nous intéresse, ce sont les retombées économiques. Elles sont très importantes, entre autres pour les hôteliers de Montréal, car c’est de l’argent qui provient de l’extérieur du Québec. C’est tout, parce qu’on parle d’une activité qui aurait lieu sans spectateurs. Si ce n’était pas remis en question pour les années suivantes, je ne vois pas pourquoi nous avons besoin de cela cette année.»

Le week-end dernier, le quotidien «La Presse» avait révélé que la Formule 1 exigeait 6 millions $ de plus pour la présentation à huis clos de l’événement.

Dans la même catégorie