/news/coronavirus

Un premier cas de thrombose lié à l'AstraZeneca confirmé au Québec

Le ministère de la Santé a confirmé, mardi, qu'un premier cas de thrombose est survenu au Québec dans les derniers jours à la suite de l'administration d'un vaccin d'AstraZeneca.

• À lire aussi: Pas de retour à la «normale» avant le 24 juin, prévient Legault

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

«La personne a été prise en charge par le réseau de la santé et des services sociaux et elle a reçu les soins appropriés à son état. Elle récupère maintenant à son domicile et on ne craint pas pour sa vie», a précisé le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) dans un communiqué où il cherche à rassurer la population.

Le gouvernement s'est félicité de la prise en charge rapide de la personne inoculée grâce à ses «protocoles efficaces mis en place» pour détecter les cas de thrombocytopénie avec thrombose.

«Les cas de thrombose avec thrombocytopénie sont considérés comme une complication possible du vaccin, mais demeurent très rares, soit environ 1 cas sur 100 000 vaccins administrés», a rappelé le MSSS, qui continue d'estimer que le risque posé par la COVID-19 est, de loin, supérieur à celui des thromboses.

Le gouvernement fédéral a confirmé être au courant du dossier. «Santé Canada est au courant de ce cas, qui sera pris en considération dans le cadre de l’examen continu qu’il mène de l’innocuité du vaccin d’AstraZeneca et du vaccin COVISHIELD ainsi que du risque de caillots sanguins rares associés à de faibles taux de plaquettes», a indiqué Ottawa.

Cette annonce survient alors que les États-Unis ont annoncé, mardi, la suspension du vaccin de Johnson & Johnson, lui aussi pour de potentiels cas de thrombose. Le Canada, de son côté, ne suspendra pas pour le moment les importations de ce vaccin, dont les premières doses sont attendues à la fin d'avril.

Le vaccin d'AstraZeneca fait l'objet de plusieurs révisions un peu partout dans le monde après avoir été associé à des cas de caillot sanguin et de thrombose.

Conséquemment, le gouvernement du Québec limite présentement son utilisation aux gens âgés de 56 et 79 ans. Des cliniques sans rendez-vous ont récemment été offertes pour écouler les doses de ce vaccin.