/news/coronavirus

1,5 million de Brésiliens en retard pour la 2e dose

Environ 1,5 million de personnes ayant reçu la première dose d'un vaccin contre la COVID-19 au Brésil ne se sont pas présentées à la date prévue pour se faire injecter la seconde, a annoncé le ministère de la Santé. 

• À lire aussi: Les développements sur le coronavirus du 14 avril 2021

• À lire aussi: Ce que l’on sait sur le variant brésilien P1

• À lire aussi: COVID-19: la majorité des Brésiliens en soins intensifs ont moins de 40 ans

« Il faut communiquer de façon efficace avec la population pour qu'elle se rende dans les centres de vaccination pour recevoir la première et la seconde dose et qu'elle respecte les règles suivantes: port du masque et distanciation physique », a déclaré mercredi le ministre de la Santé, Marcelo Queiroga, lors d'une conférence de presse à Brasilia.

À ce jour, près de 24 millions de personnes (11,6% de la population) ont reçu une dose de vaccin et 7,3 millions (3,74%) les deux doses, au Brésil.

AFP

Les autorités sanitaires des différents États du pays ont toutefois contesté les chiffres du ministère, les jugeant « déphasés », car ils ne prendraient pas en compte un grand nombre de personnes qui auraient en fait reçu la deuxième dose à temps.

« Je ne crois pas qu'il y ait tant de gens qui ne vont pas se faire vacciner (pour la 2e dose). Je pense que c'est juste un retard dans la transmission des données au ministère », a affirmé à TV Globo Mauro Junqueira, président du Conseil National des Secrétariats municipaux à la Santé (Conasems), chargés des questions sanitaires dans chaque ville du pays.

Le ministère a exhorté la population à recevoir la deuxième dose, même s'ils sont en retard sur le calendrier prévu.

Ce pays de 212 millions a débuté sa campagne de vaccination mi-janvier: le vaccin le plus utilisé est le chinois CoronaVac, avec quatre semaines d'intervalle entre les deux doses.

AFP

Le Brésil a aussi immunisé une partie de sa population avec le vaccin d'AstraZeneca/Oxford, avec 12 semaines d'intervalle.

Le rythme de la vaccination est encore lent à cause de retards dans l'importation de doses ou de principes actifs pour les fabriquer.

Mais le gouvernement espère pouvoir accélérer ce rythme ces prochaines semaines, notamment grâce à l'arrivée d'ici la fin du mois des premières doses du vaccin de Pfizer-BioNTec, qui doit en livrer 15,5 millions d'ici juin.

À VOIR AUSSI  

Dans la même catégorie