/news/techno

500 épisodes pour le balado «En 5 minutes»

PHOTO COURTOISIE/NumeriQ

Lancé en octobre 2018, en même temps que QUB radio, le balado «En 5 minutes» franchit aujourd’hui le cap des 500 épisodes et des deux millions d’écoutes. 

• À lire aussi: «Star Académie» : encore plus de contenu exclusif pour les mordus

• À lire aussi: Kristopher Letang participera à un balado de TVA Sports

• À lire aussi: Un balado quotidien avant-gardiste pour JP Bertrand

Le réalisateur-présentateur Charles Trahan et son équipe d’une dizaine de journalistes ont ainsi vulgarisé, en 500 capsules, une multitude de sujets en lien avec la science, l’histoire et l’actualité.

Le slogan «En 5 minutes, on explique tout!» illustre bien la mission du projet, qui aspire à simplifier, rendre «digestes» des notions de prime abord compliquées ou même arides.

«On vit dans un monde complexe, mais tout peut s’expliquer en cinq minutes, résume Charles Trahan. On n’a pas la prétention de pouvoir expliquer les plus grands concepts en cinq minutes, mais on peut donner une orientation générale, des clés pour comprendre et chercher plus loin.»

Dans son 500e effort, l’équipe d’«En 5 minutes» se penche sur la mesure du temps, en décortiquant les heures, minutes et secondes.

Charles Trahan

PHOTO COURTOISIE/NumeriQ

Charles Trahan

Intemporel 

La marque «En 5 minutes» existe aussi depuis 2005 dans les pages du «Journal de Montréal» et du «Journal de Québec».

En format «podcast», elle célébrera ses trois ans le 15 octobre prochain. Depuis cette date en 2018, un nouvel épisode d’«En 5 minutes» est dévoilé du lundi au vendredi, à 6 h.

Si vous fréquentez régulièrement la chronique «En 5 minutes» du «Journal» et le balado du même nom, vous aurez remarqué que les sujets quotidiens des deux plateformes correspondent rarement.

Ceux du «Journal» sont davantage collés à l’actualité brute du moment, tandis que les thèmes du pendant audio – qui table sur sons, mots et musiques plutôt qu’images –rebondissent sur les manchettes du jour pour ouvrir vers des angles plus larges.

«Les balados peuvent exister longtemps sur la durée, donc on essaie de les rendre plus intemporels. Par exemple, on a utilisé la récente nouvelle du bateau coincé dans le canal de Suez pour traiter de la profession de pilote de navire», explique Charles Trahan.

5 minutes...plus ou moins 

Fait cocasse : le rendez-vous a beau s’intituler «En 5 minutes», la durée de ses vignettes varie généralement de 4 min 30 à 7 min. «Il n’a jamais duré 5 minutes 00 seconde... sauf une fois, par hasard!», s’amuse Charles Trahan.

«On apprécie le format court dans sa fréquence quotidienne pour la variété des sujets qu'il impose. Chaque sujet est abordé comme une histoire.»

On écoute les capsules «En 5 minutes» sur l’application et le site web de QUB radio (qub.radio) et sur toutes les plateformes d’écoute balado.