/news/coronavirus

COVID-19: l'Estrie sur la corde raide

L'Estrie enregistre 59 nouveaux cas de COVID-19 et s'approche dangereusement de la zone rouge.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: 1559 nouveaux cas au Québec

• À lire aussi: De longs délais pour les tests de dépistage en Estrie

Le directeur de la Santé publique, le Dr Alain Poirier, affirme que la chaleur est de plus en plus intense sur la région.

C’est mercredi soir qu’il doit rendre compte du portrait de la situation au ministre de la Santé et des Services sociaux, à Québec.

Avec deux jours consécutifs avec plus de 40 cas, la progression des variants et le nombre d’éclosions – qui est de 29 actuellement sur le territoire –, que l'Estrie passe au rouge ou demeure au orange, la région doit se reprendre en main.

Le Dr Poirier n’ose pas faire de prédictions au sujet de la décision que le gouvernement Legault pourrait avoir à prendre dans les 24 prochaines heures.

Sur une note plus encourageante, la vaccination de masse s’ouvre maintenant aux groupes de travailleurs à risque oeuvrant dans des milieux en danger d’éclosion.

Il y a aussi la vaccination qui s’active dans les pharmacies de la région. Quelques-unes offrent déjà l’AstraZeneca tandis que des dizaines d’autres s’apprêtent à recevoir chacune des centaines de doses du vaccin Moderna.

Au Familiprix de la rue King Est, on a vacciné près d’une soixantaine de clients mercredi.

Avec 500 doses d’AstraZeneca supplémentaires reçues en journée, le propriétaire veut offrir le vaccin sans rendez-vous aux gens qui se présenteront au comptoir.

Alors que la Santé publique dit avoir de la difficulté à rejoindre et à convaincre la communauté de nouveaux arrivants, Allan Haddad dit compter parmi sa clientèle bon nombre d’immigrants d’origine syrienne, afghane et irakienne.

Il entend faire sa part pour leur donner accès au vaccin le plus rapidement possible.

Dans la même catégorie