/news/coronavirus

«Je me demande si ce n’est pas la fin du Dr Arruda»

Mario Dumont se questionne sur le futur du Dr Horacio Arruda à la tête de la direction nationale de la santé publique. Hier, de nouvelles mesures ont été édictées par le gouvernement quant au port du masque à l’extérieur. Notre chroniqueur politique avance que l’homme fort de la santé publique au Québec a failli à expliquer, preuves à l’appui, ses décisions à la population. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

«À la conférence de presse de 13h, je croyais qu’il allait expliquer scientifiquement le port du masque qui est resserré pour deux personnes», souligne notre chroniqueur politique.

Selon lui, le Dr Arruda doit exercer un rôle pédagogique en point de presse. Il aurait dû s’outiller de graphiques, des tableaux, même d’une petite vidéo avec simulation des gouttelettes qui se propagent dans l’air, afin de démontrer le pourquoi de ces nouvelles mesures sanitaires plus restrictives. 

Écœurement de la population  

«Un couple prend une marche, il faut qu’il porte son masque et une fois dans la maison, il va se frencher et ça va être légal. Le gain de santé publique de passer le masque à deux personnes est-il supérieur à l’écœurement que tu crées qui va faire que plein de monde va moins respecter les mesures qui vont les écœurer? Je suis loin d’être sûr que le gouvernement va être gagnant au change. Si tu prends une mesure aussi désagréable et difficile à accepter et en apparence contradictoire, il faut que tu l’expliques et bien», martèle Mario Dumont.

«Le Dr Arruda n’a pas été capable de fournir le début du commencement d’une explication. L’insatisfaction que ça va créer et l’incapacité qu’il a d’expliquer, je me suis demandé, hier, si ce n’était pas la fin du docteur Arruda», avance Mario Dumont.

Ce dernier évoque même ce qu’il ferait du spécialiste de la santé publique s’il était premier ministre.

«Le Dr Arruda a fait une année dans l’un des emplois les plus difficiles. S’il y a un emploi que tu ne voudrais pas, c’est celui de se retrouver directeur de la santé publique en pleine pandémie. Il [le Dr Arruda] a beaucoup donné, mais ... Si j’étais François Legault ...», laisse-t-il tomber. 

*** Voyez l’intégrale de sa chronique dans la vidéo ci-haut