/news/coronavirus

Légère hausse des contacts sociaux dans les domiciles au mois de mars

Corona Virus In Red Background - Microbiology And Virology Concept - 3d Rendering

Romolo Tavani - stock.adobe.com

Malgré le couvre-feu, 37 % des Québécois ont eu des contacts avec des visiteurs à la maison en mars, un niveau similaire à l’automne, selon une enquête de l’Institut national de santé publique. 

C’est un bond significatif par rapport à janvier (25 %), mais comparable à février (35 %).

« Depuis janvier, il y a une tendance à l’augmentation des contacts sociaux. Les contacts de février et mars sont similaires à ceux de l’automne dernier. Mais ça semble s’être stabilisé depuis la semaine de relâche », indique en entrevue avec Le Journal la Dre Mélanie Drolet, épidémiologiste principale de l’étude de l’INSPQ sur les contacts sociaux des Québécois.

En comparaison, avant la pandémie, 66 % des répondants de l’étude Connect rapportaient avoir eu des contacts avec des visiteurs à la maison ou être allés en visite chez des amis ou de la famille lors d’une des deux journées assignées pour l’étude.

Baisse d’adhésion ?

Cette tendance s’est amorcée en février, après un creux important en janvier, alors que le système de santé était menacé par une avalanche d’hospitalisations liées à la COVID. Les contacts en février [sous couvre-feu strict] et mars [couvre-feu à partir de 21 h 30 pour une partie du mois] sont similaires à ceux de l’automne dernier.

Cette tendance « pourrait être expliquée par les assouplissements des mesures sanitaires en février et mars et/ou par une baisse d’adhésion de la population à ces mesures ».

Le retour à des niveaux de contacts comparables à l’automne dernier n’est pas une bonne nouvelle : il « pourrait occasionner un nombre de cas de COVID-19 beaucoup plus élevé en raison de la forte présence du variant britannique ». Avec autant de contacts, le variant se transmet davantage.

Plus de partys ?

La semaine dernière, le premier ministre François Legault a affirmé que « lorsqu’on a changé le couvre-feu de 20 h à 21 h 30, on a vu une augmentation importante des rassemblements dans les maisons ». 

L’INSPQ a constaté un bond significatif de ces contacts lors de la semaine de relâche (46 % des répondants à l’étude ont eu des contacts avec un visiteur à ce moment), mais il y a ensuite eu une baisse de ces visites.

La hausse des contacts depuis janvier n’a pas eu lieu qu’à la maison : chez les personnes de 0 à 65 ans, « on remarque une tendance à l’augmentation des contacts en janvier, février et mars » avec le travail et l’école.