/news/politics

Un député surpris flambant nu pendant la période de questions

William Amos

Photo courtoisie

Le travail à distance continue de jouer des tours à plusieurs personnes alors que le député fédéral William Amos a été surpris flambant nu lors de la période de questions à Ottawa.

Amos, un libéral élu dans Pontiac depuis 2015, est apparu à l’écran sans ses vêtements pendant que la caméra de son ordinateur était activée.

Sur une capture d’écran diffusée par un chroniqueur politique torontois, on voit Amos nu entre les drapeaux du Québec et du Canada, un téléphone portable à la main. Ce dernier se trouvait alors dans son bureau.

La whip du Bloc québécois, Claude DeBellefeuille, députée de Beauharnois-Salaberry, a ensuite interpellé le président de la Chambre, mais sans nommer le député.

Le plus sérieusement possible, la politicienne a dénoncé cette situation gênante par visioconférence.

« Depuis le début de la pandémie, vous avez répété plusieurs fois l’importance de respecter le décorum et le code vestimentaire. Je pense qu’aujourd’hui on a battu un record puisque, lors de la période des questions orales, on a pu voir un député dans son plus simple habit, c’est-à-dire nu. Il faut peut-être rappeler aux députés, surtout masculins, que la cravate et le veston sont obligatoires, mais aussi le chemisier, le caleçon ou le pantalon », a-t-elle mentionné.

Un rappel à l’ordre 

La suite de ses propos a fait sourire le président Anthony Rota. Malgré 13 mois de séances virtuelles, certains peuvent encore commettre des gaffes.

« C’est un petit rappel à l’ordre. On a vu que le député est en grande forme physique, mais je pense qu’il faut rappeler aux députés de faire attention et de bien contrôler sa caméra », a ajouté Mme DeBellefeuille.

« Je me suis informé auprès des techniciens et ils ont effectivement vu quelque chose », a confirmé le président Rota en exigeant plus de vigilance.

« Une erreur honnête » 

Le député Amos a finalement présenté ses excuses sur Twitter. Le geste n’était pas intentionnel.

« C’était une erreur malheureuse. Ma vidéo a été allumée accidentellement alors que je me changeais en vêtements de travail après avoir fait du jogging. Je m’excuse sincèrement auprès de mes collègues de la Chambre des communes pour cette distraction involontaire. De toute évidence, c’était une erreur honnête et cela ne se reproduira pas », s’est défendu le politicien.