/news/coronavirus

La santé publique de Montréal recommande d’annuler le Grand Prix

La direction de santé publique de Montréal recommande d’annuler le Grand Prix du Canada qui devait se tenir à Montréal le 13 juin prochain en raison de la COVID. 

«La santé publique de Montréal a émis un avis défavorable pour la tenue du Grand Prix même à huis clos», fait savoir la mairesse de Montréal Valérie Plante. 

«On veut que les santés publiques se parlent et que l’on puisse officialiser le tout, c’est la moindre des choses pour les différents partenaires», ajoute Mme Plante.

«Au final quelle que soit la décision et si ça devait se concrétiser que le Grand Prix ne revenait pas à Montréal cette année, autant M. Fitzgibbon, le promoteur M. Dumontier et moi-même que les différents partenaires, on travaille à pérenniser notre relation avec le Grand Prix du Canada, qu’il continue de se ternir à Montréal», se borne à dire pour le moment la mairesse Plante.

En entrevue à 100% Nouvelles, la ministre du Tourisme Caroline Proulx a réitéré que la santé publique du Québec avait établi trois conditions pour que l’événement international puisse avoir lieu. 

Le Grand Prix devra se dérouler à huis clos, la santé publique fédérale devra autoriser la levée de la quarantaine pour les équipes et pilotes de la course, et finalement, la situation épidémiologique ne devra pas s’aggraver dans la province d’ici le début de l’événement qui se tiendra du 11 au 13 juin. 

La ministre du Tourisme s’est aussi dite inquiète pour les années suivantes, quant à savoir si le Grand Prix restera à Montréal pour les années à venir. 

«Mon inquiétude est là, je vous mentirais de vous dire que je ne suis pas inquiète pour la suite des choses pour le Grand Prix du Canada, l’événement touristique sportif le plus grand au pays, au Québec, et à Montréal. C’est 490 millions de téléspectateurs, c’est pas moins de 150 pays, des retombées économiques très importantes pour Montréal», admet Mme Proulx.