/news/coronavirus

Le Brésil en proie à une «catastrophe humanitaire»

La gestion chaotique de la crise du COVID-19 par les autorités brésiliennes, sans aucune «réponse coordonnée et centralisée», a plongé le pays dans une «catastrophe humanitaire», a dénoncé jeudi Médecins sans Frontières (MSF).

«L'absence de volonté politique pour agir de manière adaptée face à cette pandémie est responsable de la mort de milliers de Brésiliens», a affirmé l'ONG dans un communiqué.

En un peu plus d'un an, le coronavirus a fait plus de 360 000 morts au Brésil, deuxième pays le plus endeuillé au monde après les Etats-Unis.

La crise sanitaire s'est fortement aggravée ces dernières semaines, avec plus de 66 000 morts lors du seul mois de mars et plus de 3.000 décès par jour en moyenne.

«La semaine du 5 avril, 11% des nouvelles infections au COVID-19 dans le monde étaient enregistrées au Brésil, ainsi que plus d'un quart des décès», a souligné MSF.

AFP

Pour l'ONG, «ces chiffres illustrent l'incapacité des autorités à gérer la crise sanitaire et humanitaire dans le pays et à protéger les Brésiliens, en particulier les plus vulnérables, contre le virus».

Le président d'extrême droite Jair Bolsonaro n'a cessé de minimiser l'ampleur de la pandémie et de critiquer les mesures restrictives prises au niveau local par les maires et les gouverneurs des différents Etats.

Les spécialistes relèvent qu'en l'absence d'une coordination nationale, ces mesures sont souvent confuses, insuffisantes et finalement peu respectées par la population.

Instrumentalisation par le politique

«Au Brésil, les problématiques de santé publique sont instrumentalisées par le pouvoir politique», a déclaré le Dr. Christos Christou, président international de MSF.

«En conséquence, les mesures sanitaires à adopter qui devraient être basées sur des faits scientifiques sont davantage associées à des opinions politiques au lieu de servir de cadre pour protéger les individus et leurs communautés», poursuit-il.

Mardi, le Sénat brésilien a débuté la procédure d'installation d'une Commission d'Enquête Parlementaire qui devrait se pencher notamment sur d'éventuelles «omissions» du gouvernement Bolsonaro dans le combat contre la pandémie.

AFP

«Le manque de planification et de coordination entre les autorités sanitaires fédérales et leurs homologues étatiques et municipaux ont des conséquences fatales», déclare pour sa part Pierre Van Heddegem, coordinateur d'urgence de la réponse COVID-19 de MSF au Brésil.

«Non seulement les patients meurent sans pouvoir accéder aux soins, mais le personnel médical est épuisé et souffre de graves traumatismes psychologiques et émotionnels en raison des conditions de travail», conclut-il.

Présent au Brésil depuis 1991, MSF a déployé des équipes dans huit Etats du pays depuis le début de la pandémie, soutenant «plus de 50 établissements de santé, en se concentrant sur la prise en charge des individus les plus vulnérables».

Actuellement, ces équipes sont mobilisées dans trois Etats très affectés du nord du pays: Rondonia, Roraima et Amazonas.