/news/culture

Les Thetfordois secoués par la mort de Michel Louvain

Les drapeaux sont en berne à Thetford Mines à la suite du décès de Michel Louvain, la ville venant de perdre l’un de ses plus fiers et plus célèbres ambassadeurs.

• À lire aussi: Michel Louvain décède à 83 ans

• À lire aussi: «Le show-business vient de perdre un gros morceau»

• À lire aussi: Les artistes pleurent Michel Louvain

Né Michel Poulin et baptisé le 12 juillet 1937 en l'église Saint-Alphonse, Michel Louvain a été enfant de chœur, puis membre de la chorale.

Pendant sa longue carrière, il n'a jamais failli à son public. Il est demeuré humble et accessible. Pierre Roberge se souvient du concert-bénéfice qu'il a accepté de donner à l'église en octobre 2014 au profit du patrimoine religieux.

«Il avait peur que l’église de 2200 places soit à moitié vide. Je peux vous dire que c’était bondé de monde jusque dans le jubé. Il a été très généreux et fait de nombreux rappels!» a relaté M. Roberge, jeudi, au lendemain du décès du chanteur de 83, qui a été emporté par un cancer de l’œsophage.

Sa famille lui était précieuse. Mercredi matin, Michel Louvain a appelé chacune de ses trois sœurs qui habitent toujours Thetford Mines, pour leur parler une dernière fois.

Sa cousine Colette Poulin se remémore de beaux souvenirs de jeunesse, elle qui a passé une partie de son enfance sur la rue Dubé, là où Michel Louvain a grandi, dans une maison de deux étages en briques rouges.

«Il était un garçon réservé, mais sérieux. Il chantait tout le temps et ce qui frappait les gens, c’était son sourire», a-t-elle mentionné.

Nous avons croisé André Ferland, un collègue de classe de Michel Louvain à l'école anglophone pendant quelques années. Il garde le souvenir d'un adolescent toujours tiré à quatre épingles.

Une rue porte déjà le nom de Michel Louvain à Thetford Mines.

Les élus réfléchissent à une nouvelle façon d'honorer une fois de plus sa mémoire.

Qu'ils l'aient déjà rencontré ou pas, les gens ont l'impression de perdre un ami.

La preuve, ce midi sur le balcon de La Résidence Arc-en-ciel pour personnes avec une déficience physique ou intellectuelle, c'est la chanson «La dame en bleu», plus grand succès de Michel Louvain, qui jouait.

Dans la même catégorie