/news/coronavirus

« On est loin d’avoir réglé la situation en Beauce » - Christian Dubé

Devant une explosion des cas de COVID-19 et une vaccination qui s’essouffle, le ministre Christian Dubé a reconnu que les citoyens de le Beauce avaient parfois la tête dure, mais qu’il fallait rapidement agir pour éviter que la crise ne s’aggrave dans la région.  

• À lire aussi: La vaccination pour tous débuterait «vers la fin mai» au Québec

Avec un taux de contamination alarmant, des problèmes importants au sein de plusieurs entreprises et de nouvelles éclosions dans des milieux de soins, le ministre de la Santé a voulu lancer un message à la population. 

«On est loin d’avoir réglé la situation en Beauce. Je ne suis pas ici pour faire un reproche ou faire la morale. Je les connais les Beaucerons. Ils sont un peu comme moi, un peu tête dure et un peu difficile à convaincre. Ça me fait quelque chose de voir comment c’est difficile pour eux», a d’abord expliqué Christian Dubé lors d’un point de presse à Beauceville. 

Immédiatement   

Les gens devront toutefois réaliser rapidement que l’heure n’est pas à la fête. Le ministre croit que la Beauce peut renverser cette tendance comme l’a fait le Saguenay-Lac-Saint-Jean il y a quelques mois. 

« Ce que je dis aux Beaucerons, c’est de prendre conscience de la gravité de la situation. Ce n’est pas de la faute des Beaucerons mais il faut savoir que ça se répand plus vite, qu’il fait plus mal. Je suis certain qu’en parlant à l’intelligence des Beaucerons, et en leur disant qu’ils peuvent eux aussi retourner cette situation. » 

Parallèlement au respect des mesures sanitaires, le gouvernement devra aussi, avec la Santé publique, trouver des solutions pour éviter de perdre des doses de vaccin et ramener les gens en plus grand nombre dans les centres de vaccination. 

Un effort collectif  

« On avait l’opportunité d’ouvrir plus de centres qu’on en avait besoin parce qu’on s’en sert pour la formation. On a formé à peu près 10 000 vaccinateurs dans les deux derniers mois. Peut-être qu’on ne l’a pas assez expliqué. Quand on vaccine à 30 000 ou 40 000 par jour et que le même centre est capable d’en faire 125 000 par jour, c’est normal qu’il y ait des gens pas occupés », a précisé le ministre. 

Malgré la flambée des cas de COVID-19 en Beauce, la populati

Photo Le Journal

Selon lui, ce choix s’avère payant. « Regardez le jour où les AstraZeneca sont rentrés, à deux jours d’intervalle, on a pu vacciner 75 000 personnes dans une journée. Les deux enjeux étaient la flexibilité et la formation. » 

Le député de Beauce-Sud, Samuel Poulin, a aussi demandé aux citoyens d’agir dès maintenant. 

« La COVID-19 n’a jamais été aussi présente en Beauce et il faut passer à l’action. C’est la responsabilité de chacun. Tout le monde peut faire un effort. »

Dans la même catégorie