/news/currentevents

Un homme de 75 ans meurt dans un incendie

Un septuagénaire a perdu la vie dans un incendie qui s’est déclaré en fin d’après-midi à Dollard-des-Ormeaux, à Montréal, malgré les efforts désespérés de ses voisins pour tenter de le sauver. 

« La porte était débarrée alors je l’ai ouverte, mais la fumée était tellement épaisse que je n’ai rien pu faire. Ça sortait même par les fenêtres », raconte Kofi Yeboah, complètement désemparé.

Le décès de son voisin immédiat James Fernandez, 75 ans, a été constaté à l’arrivée des paramédics à sa résidence sur la rue Woodside, dans l’ouest de Montréal. 

Sa conjointe de 76 ans, Christine, a aussi été transportée à l’hôpital en arrêt cardio-respiratoire, mais son état était stable en fin de soirée. 

« Je ne peux pas y croire », répétait M. Yeboah quelques minutes après les événements, une couverture sur les épaules, sous la pluie battante.  

L’incendie mortel a pris naissance au sous-sol de la demeure et a nécessité l’intervention d’une cinquantaine de pompiers pendant près d’une heure, rapporte Patrick Fournel, chef de section du Service de sécurité incendie de Montréal. 

« En arrivant sur les lieux, on a été obligés de ventiler à l’intérieur parce qu’il y avait beaucoup de fumée, mais l’avertisseur de fumée a sonné », poursuit-il. 

Un enquêteur tentera de faire la lumière sur les causes de l’incendie. 

« Ils ont fait tout leur possible pour les sauver », tentait de se conforter Margaret, une voisine et amie du couple depuis 35 ans. 

Un voisin bien-aimé 

James Fernandez, que tout le monde surnommait « Jimmy », était originaire de Pune, en Inde. 

Le septuagénaire était bien connu dans le petit complexe en « U » de maisons en rangées qu’il habitait depuis une trentaine d’années.

Apprécié dans le voisinage, M. Fernandez profitait de sa retraite, fréquentait l’église et chantait dans une chorale. 

Il était père de deux filles et grand-père de 6 petits-enfants, rapporte Margaret. 

« C’est une grosse perte. Tout le monde connaît tout le monde, ici », se désole M. Yeboah, qui devra passer la nuit chez des connaissances puisque sa maison a aussi été endommagée.