/news/coronavirus

Vaccination: Legault «très satisfait» du rythme

GEN-COVID-19

Joël Lemay / Agence QMI

François Legault se dit «très satisfait» du rythme de vaccination au Québec même si des vaccinateurs se tournent les pouces dans des centres boudés où de nombreuses plages horaires sont toujours disponibles.

• À lire aussi: Vaccinateurs payés pour jouer au sudoku par manque de travail

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

«Quand on regarde les résultats et les faits, hier, on a eu 67 700 vaccinations, dont 19 000 avec l'AstraZeneca», s’est réjoui le premier ministre en point de presse, jeudi.

«Le Journal de Montréal» a pourtant repéré sur le site de réservation Clic Santé un très grand nombre de plages horaires disponibles le jour même ou dans les prochains jours pour recevoir l’AstraZeneca dans la grande région de Montréal.

Des vaccinateurs se retrouvent ainsi à faire des sudokus ou à se tourner les pouces dans certains centres de vaccination. Par exemple, au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Nord-de-l’Île-de-Montréal, on écoule environ 100 doses d’AstraZeneca ces jours-ci, même si de nombreux rendez-vous sont disponibles.

Mais ce problème proviendrait du manque de doses et non pas du fait que les Québécois boudent ce vaccin qui a reçu son lot de publicité négative ces derniers mois ou qu’ils ne peuvent pas se rendre à leurs rendez-vous, a fait valoir le ministre de la Santé, Christian Dubé, au Salon bleu.

«Il faut que les gens réalisent que lorsqu’on a des centres de vaccination moins occupés, ce n’est pas parce que les gens [ne] peuvent pas y aller, c’est qu’on n’a pas de vaccins pour vacciner les gens», a-t-il affirmé lors de la période de questions.

Il répondait alors à la suggestion du député de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, qui propose d’accorder une «pause-vaccin» aux travailleurs pour leur permettre d’aller recevoir leurs doses.

Prenant pour exemple les journées où 75 000 doses ont été injectées, Christian Dubé affirme que la popularité de la vaccination «c’est un enjeu de [doses] et non un enjeu de centres de vaccination».