/finance/homepage

Boissons alcoolisées: les seltzers de plus en plus populaires

Nouvelle tendance dans le monde des alcools, les hard seltzers ont la cote présentement sur le marché, et voilà qu’une entreprise québécoise souhaite se joindre à la partie.

Mais que sont les seltzers en fait? En gros, c’est de l'eau pétillante alcoolisée et aromatisée qui faible en sucre et en calories – 90 versus 150 pour une bière – qui contient un taux d’alcool de 4,2%. 

Les Brasseurs du Nord, qui produisent la bière Boréale, se sont ainsi associés avec la compagnie Club local cocktails pour mettre sur le marché l'un des premiers seltzers québécois.

«On ne pensait pas qu'on allait avoir un timing aussi bon. Tous les gros brasseurs sont rentrés en même temps. Un peu de bulles; l'idée, avec ça, c'est la fraîcheur. Tu as vraiment l'impression de boire une eau aromatisée, puis l'été, quand il fait beau, c'est très agréable à boire», indique Sylvain Lague, président et cofondateur de Club local, une entreprise qui se spécialise dans les spiritueux.

Chez Brasseurs de Nord, qui se spécialise dans la bière, la réflexion pour se lancer dans les seltzers était entamée depuis un certain temps, nous dit le président-directeur général, Sébastien Paradis.

«Pour nous, c'est vraiment de comprendre que le marché est tout le temps en évolution, puis d'avoir un portfolio de produits qui peut répondre à ce marché-là. Voyant cette tendance-là, ça faisait quand même assez longtemps qu'on se disait: "Si on a la chance d'avoir le bon partenaire, c'est quelque chose qui nous intéresse"», dit-il.

M. Paradis n’exclut pas la possibilité que les seltzers accaparent les parts du marché qui appartiennent à la bière.

«On regarde nos ventes aller, au niveau de la bière, comme je vous dis, ça va bien, ça continue d'aller bien. (...) Dans mon rôle, vous allez dire que c'est sûr que je n'aime pas penser que les seltzers arrivent pour voler des parts de marché à la bière!» lance-t-il.

Mais les chiffres parlent d’eux-mêmes. On prévoit que les ventes vont augmenter de 160% cette année. Les seltzers représentent un marché de 4 G$ aux États-Unis seulement. Les ventes de bière ont également reculé de 8% sur le marché américain depuis le début de la pandémie. 

Il faudra maintenant voir si les seltzers sont là pour rester ou bien s’il s’agit d’une mode qui s’estompera dans les années à venir.

«Personnellement (...), je pense que c'est un produit de qualité qui est là pour durer, puis que c'est un beau produit qui répond à un certain besoin dans le marché», mentionne Sébastien Paradis.

«Le consommateur québécois est très raffiné, il sait ce qu'il veut, puis il a du goût. Il faut réfléchir à ce qu'on sort, puis il faut bien le faire», note Sylvain Lague.