/sports/homepage

L'attaquant Cole Caufield rappelé par le CH

Cole Caufield endossera le chandail numéro 22 avec le Canadien de Montréal, l’ancien gilet de Steve Shutt, Benoît Brunet, Steve Bégin et Dale Weise.

• À lire aussi: Caufield ne perd pas de temps

• À lire aussi: Cole Caufield signe un contrat de trois ans

• À lire aussi: Les Flames se rapprochent

«Il n’y a pas une symbolique particulière, je n’ai pas choisi ce chiffre, a expliqué Caufield. J’ai simplement pris le chandail qu’on m’a donné.»

Avec le Rocket de Laval, Caufield avait hérité du numéro 44. Mais ce gilet appartient à Joel Edmundson avec le CH. Avant de faire le saut chez les pros, le choix de premier tour du Tricolore en 2019 a joué avec le no 8 pour les Badgers de l’Université du Wisconsin et avec le no 13 pour l’équipe américaine au Championnat du monde junior.

Voilà pour le cours de numérologie avec Caufield.

Un premier entraînement

Pour une première fois, Caufield a placé le chandail du Canadien sur ses petites épaules. Rappelé vendredi matin pour rejoindre les rangs de l’escouade de réserve, l’Américain a participé à un premier entraînement avec ses coéquipiers.

Mais il faudra encore attendre avant de le voir en action pour un match.

À son entrée sur la glace à Brossard, Caufield a fait quelques tours aux côtés d’Alexandre Burrows. À l’entraînement, l’ailier droit de 5 pi 7 po a participé aux exercices aux côtés de Jake Evans et de Michael Frolik, d’autres membres de l’équipe des réservistes.

«C’était une expérience incroyable, a raconté Caufield à sa sortie de la patinoire. Je veux juste apprendre, j’étais heureux de me retrouver avec les gars de la LNH. Ils m’enseignent plusieurs choses.»

Si Caufield avait déjà participé à un camp de développement avec le CH durant l’été 2019, il n’avait jamais encore eu la chance de partager la surface glacée avec les Shea Weber, Carey Price et Phillip Danault.

Parlant de Price, Caufield l’a déjoué d’un puissant tir des poignets à la fin de l’entraînement. Le numéro 31 du CH a certainement entendu la rondelle lui siffler dans les oreilles, puisque le tir était assez haut.

Patience

Mardi matin, Dominique Ducharme avait modéré les attentes concernant un rappel de son jeune protégé dans le grand club.

«C’est un jeune joueur. Cole ne perdra pas son talent. Moi, là, il y a une chose, et c’est que je n’ai jamais entendu dire qu’un gars est arrivé trop tard dans la LNH. Mais j’ai déjà entendu dire qu’un joueur est arrivé trop rapidement. On a des exemples, pas nécessairement à Montréal, mais partout.»

À ses deux premiers matchs avec le Rocket, Caufield a marqué trois buts, en plus d’obtenir une passe. Malgré de bons chiffres dans la Ligue américaine, le CH n’a pas l’intention de dévier de son plan. Pour l’instant, Caufield se contentera de côtoyer ses futurs coéquipiers dans un rôle au sein de l’équipe B.

«Il y a une chose que nous devons clarifier. Nous ne sommes pas dans une situation où nous pouvons faire des mouvements avec nos attaquants ou nos défenseurs, en raison de notre manque d’espace sous le plafond salarial, a mentionné Ducharme. Je ne peux pas ramener Evans, Frolik, Caufield... La seule façon, c’est avec une blessure. Nous sommes coincés avec le plafond, c’est impossible de faire un rappel du taxi squad [équipe des réservistes] à la formation.»

Techniquement, le CH pourrait toujours descendre un joueur actif au sein de sa formation pour le placer au sein de l’escouade des réservistes. Mais il y a aussi un nombre de rappels limités d’ici la fin de la saison.