/news/coronavirus

Incident «étrange»: un homme tente de mettre la main sur des vaccins en pharmacie

La police de Repentigny a ouvert une enquête pour faire la lumière sur un incident « étrange » survenu dans une pharmacie Jean-Coutu, où un individu s’est présenté en prétextant « avoir le mandat de vérifier les vaccins au laboratoire ».

Lundi soir dernier, une heure avant la fermeture, un homme se serait présenté au comptoir des ordonnances d’une pharmacie Jean Coutu, de Repentigny. Il aurait demandé à avoir accès à tous les vaccins, prétextant devoir effectuer une analyse. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Le Journal a mis la main sur une note interne envoyée par le Groupe Jean Coutu, appelant les franchisés et leurs employés à la vigilance, « spécialement l’équipe du laboratoire », relativement à cet événement.

Selon le document, l’individu suspect se serait présenté comme un représentant d’une agence de sécurité mandatée pour vérifier tous les vaccins au laboratoire.

« Il a présenté une pièce d’identité via son téléphone intelligent et un document manuscrit pour justifier sa présence », peut-on lire.

La demande inusitée de l’homme a éveillé les soupçons du commis en poste, qui aurait contacté son patron.

Soupçons  

C’est après une brève conversation avec l’individu que le pharmacien propriétaire aurait refusé de lui remettre les flacons de vaccin, a-t-on appris. L’homme serait ensuite parti calmement. 

« À la suite de vérifications auprès de l’équipe intégrée en sécurité au MSSS, ils nous ont confirmé n’avoir mandaté aucune agence pour effectuer ce genre de vérification », peut-on lire dans la note de service.

À la police de Repentigny, on confirme qu’une enquête a été ouverte concernant cette « étrange » affaire. Pour l’instant, aucun individu n’a été identifié et un enquêteur devra analyser les images des caméras de surveillance de l’établissement afin de tenter de faire la lumière sur cette situation, a confirmé le porte-parole du corps policier, le sergent Bruno Marier.

Ce dernier précise que l’individu aurait tenté d’accéder aux vaccins non pas par la violence ou avec une arme, mais bien « par subterfuge ». 

Caméra de surveillance  

Aucun autre événement du genre n’a été rapporté à la police de Repentigny ni dans les corps de police avoisinants. 

Le Groupe Jean Coutu a aussi partagé avec sa note de service une photo de l’individu, tirée des images d’une caméra de surveillance, invitant les pharmaciens propriétaires à demeurer à l’affût.

« Si malheureusement, vous êtes victimes de vol relié à cet individu, veuillez contacter les policiers et les aviser qu’un dossier est déjà ouvert », précise-t-on.

Le Groupe Jean Coutu n’a pas voulu commenter jeudi et nous a redirigés vers la police de Repentigny puisque « l’incident fait l’objet d’une enquête policière ». 

Au bureau du ministre de la Santé, Christian Dubé, on assure que tout est mis en œuvre « pour assurer la sécurité des doses », notamment avec des « dispositifs de surveillance renforcés sur le plancher et tout au long du trajet des vaccins pour éviter que cela ne se produise ». 

Écoutez la chronique judiciaire de l’ex-juge Nicole Gibeault à QUB radio